Bouira : Les investisseurs ne sont-ils pas les bienvenus ?

Elwatan; le Jeudi 7 Avril 2011
1


Dans une correspondance adressée au président de cette agence, le responsable de l’entreprise, Graine Mohamed, en l’occurrence, sollicitait à «discuter du litige qui l’oppose aux services de l’ANPM». A ce jour, sa requête n’a pas eu de suite. C’est en désespoir de cause que le représentant de ce projet a adressé un autre écrit au président de la République pour lui faire part de son problème et dénoncer «l’injustice et la bureaucratie» dont il se considère victime. «Car, estime-t-il, cela fait deux ans que j’attends une autorisation d’exploitation de cette carrière dont je suis le propriétaire». Son dossier, précise le concerné, est à ce jour bloqué au niveau de l’ANPM et au ministère de l’énergie et des mines. «Je suis victime d’une hogra et de la pure bureaucratie. Toutes mes démarches auprès des autorités concernées ont été sans résultat», dira-t-il.

Dans sa lettre, adressée au premier magistrat de la nation, l’auteur sollicitait l’ouverture de cette carrière d’agrégat, implantée dans la zone industrielle de Oued El Berdi, en vue de lui permettre d’absorber le taux de chômage dans cette région. Cet investisseur précise qu’aucune réserve n’a été émise à propos de son dossier de la part de l’ANPM, d’où son amertume devant tant de lenteur bureaucratique et embûches sans motif. Tout récemment, près d’un millier de jeunes chômeurs issus de localités de Oued El Berdi avait, rappelons-le, procédé à la fermeture de cette zone, protestant à juste titre contre l’absence de l’emploi. Pourtant, affirme, ce potentiel investisseur, «je suis prêt à embaucher plus de 500 personnes», pour peu qu’un feu vert soit donné à son projet.                    

Categorie(s): bouira

Auteur(s): Amar Fedjkhi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..