Chaâb Ersas : les habitants réclament une passerelle sur l’oued boumerzoug

Elwatan; le Lundi 26 Octobre 2015
1


C’est ce qui caractérise actuellement le quartier de Chaâb Ersas. Distant d’environ 5 kilomètres de Constantine, flanqué au bord d’une route secondaire menant à El Khroub, empruntée par les automobilistes pour contourner le dense trafic de la RN3, Chaâb Ersas abrite près de 2500 âmes. Le quartier est constitué de petites habitations entassées les unes sur les autre, où nous retrouvons quelques villas d’aspect assez cossu, bâties sur deux, voire trois étages auxquels sont venus se greffer anarchiquement une vingtaine de gourbis, donnant ainsi à l’endroit l’aspect d’un ghetto.

Des habitants que nous avons rencontrés sur place, hier, s’indignent parce que rien n’a été fait pour leur quartier, et ce malgré les nombreuses démarches entreprises auprès des services de l’APC. Ils sont unanimes à déplorer la saleté et le laisser-aller dans lesquels ils vivent. Ils dénoncent également l’appropriation illégale des trottoirs par les commerçants qui pour la plupart font dans le lavage graissage des véhicules. Pas moins d’une dizaine de stations de lavage sont concentrées dans ce quartier, comme nous avons pu le constater. Ce qui contraint les piétons, notamment les écoliers à circuler au milieu de la chaussée en l’absence de trottoirs. Nos interlocuteurs évoquent également l’état des routes et celui des lieux de plus en plus dégradé, sur le plan de l’hygiène notamment. Ils citent pour exemple les bacs à ordures en nombre très insuffisant lesquels, selon leurs propos, n’arrivent pas à contenir tous les détritus qui s’accumulent jusqu’à déborder aux alentours. «Nous avons sollicité les autorités pour la construction d’une passerelle sur l’oued Boumerzoug afin de désenclaver Chaâb Ersas et permettre aux enfants du quartier inscrits au CEM de Boumerzoug d’accéder plus  facilement à leur établissement (les deux quartiers n’étant séparés que par cet oued) mais nos doléances sont restées sans suite», déplorent les habitants pour lesquels la réalisation de cette passerelle constitue la principale préoccupation car elle rendra, également, plus commode leur déplacement au centre de soins de Boumerzoug.

Categorie(s): constantine

Auteur(s): F. Raoui

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..