Cimenterie de Zahana (Mascara)

Elwatan; le Lundi 7 Janvier 2008
1

Le groupe égyptien ASEC Cement Holding (ACH), qui a signé récemment un contrat d'acquisition de 35% des parts de la cimenterie algérienne Zahana, a alloué une enveloppe de 77 millions de dollars US pour le processus de mise à niveau de la cimenterie, selon un communiqué de Citadel Capital SAE, une firme qui focalise son activité dans les acquisitions, les restructurations et la construction de nouvelles entreprises en Egypte et au Moyen-Orient.
Ce processus de mise à niveau, précise le communiqué, commencera en juillet 2008 et inclura l'installation de nouveaux filtres pour réduire les émissions d'un niveau de 54 à 25 mg au mètre cube, en conformité avec les normes internationales, a-t-on précisé. Signé le 27 décembre dernier à Alger par le groupe Ouest Erco, le holding ciment, qui détient la totalité des parts de la cimenterie de Zahana, le contrat d'acquisition des 35% des parts de cette entité industrielle à laquelle l'offre de 32,6 millions d'euros faite par ACH «avait challengé celles des poids lourds mondiaux de l'industrie, notamment le français Lafarge», selon la même source, a ouvert le droit à un second contrat à travers l'obtention d'un droit de contrôle «total» du management de l'entreprise. En contrepartie, ACH s'engage à augmenter la capacité de production de la cimenterie à 1,8 million de tonnes par an, à partir d'une capacité actuelle de l'ordre de 675 000 tonnes par an, a-t-on précisé, répondant ainsi à l'exigence du gouvernement algérien de doubler la capacité de production de la cimenterie.
Une exigence sous-tendue, par ailleurs, par une promesse d'opérer la cession des 65% des parts restantes de Zahana dans 3 à 5 années. Ce qui ouvre l'appétit au groupe égyptien qui semble miser dans sa stratégie d'acquisition de la cimenterie Zahana, située à proximité des ports de l'ouest algérien, «une haute compétitivité» de ses produits à l'exportation.
En attendant, ACH dit s'investir dans le développement des qualifications de sa force de production à travers une combinaison de programmes de formation «intra-muros et outre-mer», intégrer de nouveaux produits et améliorer la qualité de ceux présents sur le marché algérien «tout en veillant au maintien de pratiques loyales et un système tarifaire compétitif». Instrument de production de ciment d'ASEC Group, lui-même filiale de Citadel Capital, ACH ambitionne de fédérer, à travers ses acquisitions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, une capacité globale de production de 18,5 millions de tonnes par an à l'horizon 2011. En 2006-2007, ACH a pu pénétrer 5 marchés dont l'Algérie, l'Egypte, le Soudan, l'Irak, le Kurdistan et la Syrie, alors que l'entrée sur les marchés libyen et éthiopien est en cours, a-t-on indiqué.
Actuellement, ACH dit posséder 10 projets ciment totalisant un investissement de 3 milliards de dollars US. Enfin, le communiqué de Citadel Capital a indiqué que la filiale algérienne d'ACH, ASEC Algérie, a investi 550 millions de dollars US dans une nouvelle cimenterie dans la wilaya de Djelfa, d'une capacité de production de 3 millions de tonnes par an, et qui commencera dans le courant du premier semestre 2008. Pour rappel, lors de la conclusion de cet accord, ASEC Algérie avait indiqué que la mise en service de la cimenterie de Aïn El Bel (Djelfa) est prévue pour juin 2010 et devra produire 3,3 millions de tonnes par an.

Categorie(s): economie

Auteur(s): Mahmoud Mamart

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..