Circonscription de Baraki : Difficulté de délivrance des permis de construire

Elwatan; le Samedi 14 Mars 2009
1

Après la régularisation de certains cas au quartier de Cherarba dans la commune des Eucalyptus, c’est au tour de la localité de Bentalha de soulever la problématique relative à l’urbanisation des terrains réservés à la construction.

Tant à la commune de Sidi Moussa qu’à celle de Baraki, la délivrance de permis de construire ne se fait pas sans de sérieuses difficultés.
Malgré les lois régissant l’habitat, les transactions douteuses ont continué à exister dans quelques quartiers populaires, comme c’est le cas à Cherarba, où plusieurs chantiers en construction ont été arrêtés par le P/APC des Eucalyptus. Le problème se pose autrement dans la commune de Sidi Moussa, précisément à Ouled Allal, où la construction sur les terres agricoles est strictement interdite.
Par conséquent, les retards accusés dans le lancement de projets sociopédagogiques sont essentiellement dus à cette contrainte liée à la nature des terres.
Les cadres du secteur de l’urbanisme affirment que même «la réalisation de certaines infrastructures de base ne s'opérera qu’après la régularisation des situations pendantes, à la lumière des récents textes réglementaires».
Selon les représentants de la population, la mise en œuvre de projets de viabilisation et d’amélioration du cadre de vie est encore entravée par les difficultés de délivrance du permis de construire.
Aussi, l’autoconstruction à Bentalha souffre du même problème.
L’inspection de l’urbanisme de Baraki reçoit des requêtes formulées par certains citoyens héritiers qui ne peuvent ni lotir ni construire.
«En effet, un acte administratif est nécessaire à la délivrance du permis de construire», précise un responsable de l’inspection. 
En substance, l’instruction ministérielle du 27 octobre 1993 prévoit le règlement de ces situations abondantes dans la gestion du foncier, notamment en matière de permis de construire. «L’établissement de l’acte de propriété s’opère au profit de citoyens bénéficiaires de lots de terrain destinés à la construction sur une superficie de plus de 400 m2», conclut l’inspecteur d’urbanisme.

Categorie(s): alger

Auteur(s): E. Yazid

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..