Collection été 2012 du Prêt-à-porter féminin Chadia : Couleurs acidulées sur coton froissé

Elwatan; le Samedi 18 Fevrier 2012
65030


Elle a su conserver son savoir-faire artisanal orienté vers l’excellence, lui permettant ainsi de séduire une clientèle à la recherche d’une mode sans frontière. La marque sort ses griffes et annonce déjà sa tendance pour l’été 2012. Une nouveauté sentant les fruits, les couleurs et les contrastes, et les clients d’Europe y affluent déjà. Le styliste de la maison, le sympathique Bernard, que nous avons rencontré dans ses ateliers situés au cœur du Marais à Paris, nous a expliqué ce nouveau ton qui ne laisse pas indifférent. «Cette saison, nous avons opté pour des couleurs acidulées, ‘‘assaisonnées’’ de pêche, de grenade et de golden, entre autres…

Des imprimés très colorés et contrastés (petits dessins, imprimés romantiques)». Pour les matières, Chadia a jeté son dévolu sur le voile de coton uni et le voile de coton imprimé ; pour les volumes, la superposition, les petits plissés et le coton froissé. Devant la concurrence dans cet univers farouche de la mode, nous avons demandé à Mounir Gaouar, le patron de la société Chadia, son secret qui lui permet de résister. «Notre concept est ‘‘unlimited world’’, et Chadia, notre société, affirme son authenticité par son choix des matières, son naturel, ses formes et son originalité. Nous puisons notre inspiration dans l’Orient et ses subtilités créant un pont avec l’Occident à travers son style qui perpétue une mode intemporelle.

En plus, le mélange de matières confortables enrichies de galons brodés et de jacquard précieux, associé à l’originalité de notre savoir-faire propose des créations multiples pour un style unique. Nous avons également un rapport qualité/prix. Nous avons un concept inimitable pour la femme en quête d’exotisme et d’indépendance. Tout cela fait notre crédibilité et nous permet de fidéliser une clientèle de plus de 30 ans». A une question de savoir si les produits de Chadia seraient un jour fabriqués en Algérie (actuellement, ils sortent des ateliers de France et d’Inde) M. Gaouar précise : «Nos griffes sont connues, mais autant vous le dire, notre produit n’est ni fabriqué ni commercialisé en Algérie, mais ce qui est sûr, c’est qu’on aimerait bien y être implanté, nous sommes ouverts à tout partenariat gagnant/gagnant. En conséquence, nous serions intéressés par les industriels algériens susceptibles d’entrer dans le marché de la mode par la grande porte. Nous sommes partants, pour peu qu’il y ait des propositions de nos compatriotes algériens». Assistera-t-on, alors, dans les mois à venir à un défilé de mode de Chadia ?
 

Categorie(s): mode

Auteur(s): Chahredine Berriah

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..