Commune d’Azazga : L’urgence d’un second projet d’évitement

Elwatan; le Dimanche 23 Mai 2010
49482

L’APC d’Azazga a transmis à la direction des travaux publics de la wilaya de Tizi Ouzou une demande d’inscription d’un projet d’évitement du chef-lieu communal, entre la RN12 et la RN71.
La saturation du réseau routier qui caractérise le chef-lieu d’Azazga constitue l’une des préoccupations de la population locale qui espère la mise en place de projets d’envergure pour la rénovation des voies de communication.
Le lancement récent du chantier d’évitement sur la route de Yakouren, après moult péripéties dues à des oppositions de citoyens, participera, à la réception du projet, au désengorgement du chef-lieu de daïra par le côté nord. Cependant, aucune perspective de modernisation du réseau routier local n’est encore prévue s’agissant du côté sud de l’agglomération.

Pourtant, une étude avait déjà été faite dès 1995, portant sur l’évitement de la ville d’Azazga entre la RN12 (route de Tizi Ouzou) et la RN71 (route de Bouzeguène). Le projet n’a toujours pas été inscrit, quinze années plus tard. Dans l’optique de relancer cette importante opération au profit de la collectivité locale, l’APC d’Azazga a déposé un nouveau dossier à la wilaya de Tizi Ouzou, demandant l’inscription de ce projet d’évitement du chef-lieu. Le maire, Youcef Mezouani, souligne que le projet est d’autant plus urgent que le lancement des travaux d’amélioration urbaine à la sortie sud de la ville commandera d’ouvrir une déviation, vu que l’actuel tronçon sera mis hors service en raison des travaux de rénovation du réseau d’assainissement qui seront opérés le long de la chaussée.

La mise en œuvre du programme d’aménagement urbain est d’ailleurs vivement souhaitée par la population locale, vu l’état de dégradation avancée de la route de Cheurfa. Les transporteurs ont déjà exprimé leur impatience devant les retards mis dans le projet de réfection de la route, inclus dans le programme d’amélioration urbaine mis en place dans le cadre sectoriel. Le P/APC souligne que la commune ne peut pas engager les opérations urgentes, comme la réfection de la route, dès lors que cela est prévu dans le programme d’aménagement piloté par l’administration de wilaya mais qui n’est toujours pas lancé plusieurs années après l’annonce de son inscription.

Le P/APC indique enfin qu’il est régulièrement interpellé par les comités des villages qui n’excluent pas de recourir à des actions de rue si les pouvoirs publics n’engagent pas les moyens nécessaires pour enrayer le calvaire des embouteillages observés quotidiennement à la sortie sud du chef-lieu de la commune. Interrogé à ce sujet, le président de la coordination des comités des villages de la commune d’Azazga, Mouloud Sarni, déclare que «le projet d’évitement de la ville sur la RN71 est aussi important que celui engagé sur la route de Yakouren, vu que le flux automobile est aussi important, sinon plus. La situation actuelle pénalise en premier lieu les employés et les scolarisés. Les villages appuient le projet formulé par l’APC, tout en espérant que l’administration accède à cette demande sans acculer la population à entreprendre des manifestations».

Categorie(s): actu kabylie

Auteur(s): Djaffar Tamani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..