Concert de Ragheb Alama à la salle Atlas : Il chante pour son «femmes-club»

Elwatan; le Samedi 14 Mars 2009
30290

C'est sous les auspices de Cristal Marketing d’Algérie que s’est produit le chanteur libanais, Ragheb Alama, jeudi soir, au grand bonheur de ses fans. En fait, son «femmes club» venu communier avec lui.
A l’écoute de sa voix off, avant son rentrée sur scène, l'assistance «se lâche» : cris, youyous et hystérie ! Les quelques hommes présents, sont «bluffés» par le succès...fou de ce chanteur se produisant en terrain conquis et acquis. Il n’y en avait que pour lui. Aussi, souriant, l’auteur de Betghib Betrouh (en duo avec Elissa), sémillant – une sorte de Robert Palmer (Addicted to Love) ou de dandy à la Brian Ferry de la bluette Jeel music ayant fait la marque de fabrique de discographie sacrée et consacrée à l’amour, le chagrin d’amour, les «bobos» existentiels et existentialistes – portera et transportera l’auditoire à travers un trip sur l’Atlas (le référent géographique). Beyrouth-Alger ! Une destination mélomane de haut...vol. Ragheb Alama déclarera et déclamera sa flamme et son grand amour à l’Algérie, enfin aux femmes d’Algérie de par le titre El Hob El Kébir : «Tu es mon amour / le premier et le dernier / et personne d’autre / mon coeur est prisonnier de ton amour / je suis épris de tes beaux yeux / je suis envoûté par ton amour / je t’aime trop...» Cela séduit, charme, emballe... Ainsi, Ragheb Alama interprétera Ali Hayardik, Aâchek Ayounek, Mochtaklek Ana, Habibi Samaâni, Kourbek Ana, Mataâdibniche, Ya Bint Soltane, Koul Machtak Eliha ou encore les titres de son dernier album Baâshak (Je suis amoureux) comme Sarhini, Ana Ahibek et la chanson éponyme Baâshak.

Après ça, les filles ne peuvent être qu’en pâmoison. Elles n’avaient d’yeux, pour ne pas dire «Dieu» que pour lui. La preuve ! Elles chantaient en chœur et cœur avec lui, l’immortalisaient sur leurs téléphones portables, se déhanchaient à la manière des danseuses du ventre d’Oum Edounia et Keltoum et puis, certaines, entreprenantes, lui glissaient des petits papiers qui faisaient sourire le crooner libanais. Des mots d’amour, voire des numéros de téléphone. C’était la furie des groupies. Du coup, Ragheb Alama s’est «payé» un bain de foule... sentimentale. Et son «femmes-club», une «défoule magistrale». C’est sûr, les Orientaux, savent parler aux femmes ! La première partie du spectacle a été assurée par le chanteur dynamique d’expression kabyle, Massi, en vedette américaine pour ne pas dire algérienne. Massi chauffera la salle et créera une ambiance de thamaghra (fête) avec Fou de toi. Cependant, il n’a pas reçu ces fameux petits papiers de la gent féminine. Pourtant, c’était une massi...ve attack musicale et chorégraphique. Mais bon, il est fair-play! Ragheb Alama bouclera son tour et atour de chant en remerciant son public en...anglais : «Thank you so much. I love you! ( Merci beaucoup, je vous aime !)» en guise de déclaration d’amour ! Bref, allô Beyrouth : Ragheb, c’est Alama, enfin mention très spéciale à Alger.

Categorie(s): culture

Auteur(s): K. Smaïl

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..