Concours national de la chanson Amazighe à Tizi Ouzou : Sonia Outaleb décroche le premier Prix

Elwatan; le Dimanche 22 Mars 2009
30413

Après cinq jours d'activités, la 5e édition du Concours national de la chanson amazighe, organisé par l'association culturelle Tharwa N'Gaya du village Redjouna, a été clôturée, mercredi dernier, à Tizi Ouzou, avec la consécration de la chanteuse Sonia Outaleb comme meilleure participante de la manifestation.

Elle a en effet décroché le premier Prix de ces joutes. Agée seulement de 16 printemps, cette lycéenne des Ouadhias s'est ainsi distinguée de fort belle manière devant des concurrents venus des différentes wilayas du pays. Elle a chanté des textes admirables et fascinants qui ont ébloui l'assistance, surtout lorsqu’elle a interprété des morceaux de musique qui concordaient parfaitement avec un style intimement inspiré des œuvres de la chanteuse Nouara. En somme, Sonia vient de laisser une bonne impression, d'autant plus qu'elle a su comment sortir de l'anonymat et faire parler d'elle, puisque son passage sur scène a subjugué aussi bien l'assistance que les membres du jury. Par ailleurs, notons que le deuxième prix du concours a été décerné au groupe La Relève de Bouira, qui a pris part à ce rendez-vous avec sept artistes. Pour ce qui est de la troisième place de la manifestation, celle-ci a été décrochée par le groupe Dehia de Khenchela, tandis que le prix spécial jury a été remis à la troupe Gnaoua Berbère de Draâ El Mizan. Imenza des Ouacifs et le groupe Casbah d'Alger ont présenté respectivement le meilleur texte et mélodie du concours.

«Le concours a été une véritable réussite de par l'impact suscité dans la région. Nous avons donné la chance à nos jeunes de mettre à profit leur talent. Ils ont eu aussi l'occasion de prendre part à une formation sur la musique organisée à l'occasion sous la coupe de Ali Itim, inspecteur de musique. A l'issue du concours, nous avons également élaboré une série de recommandations. Celles-ci consistent, entre autres, en la nécessité d'ouverture d'un institut de musique dans la wilaya de Tizi Ouzou pour la formation de nos jeunes talents», a déclaré le président de l'association Tharwa N'Gaya, Youcef Radji. Et d'ajouter : «Nous souhaitons que le concours soit désormais institutionnalisé au niveau du ministère de la Culture, car il contribue continuellement à la détection des jeunes talents qu’il fait souvent sortir de l'anonymat. C'est un événement qui se veut comme une courroie pour faire émerger de nombreux chanteurs prometteurs qui ne cherchent qu'un cadre organisé pour s'affirmer. Je voudrais aussi dire que nous allons accompagner le lauréat du concours dans toutes ses activités, une manière pour nous de l'encourager.» Le concours étant clôturé, le rendez-vous est d'ores et déjà donné pour la prochaine édition.


Categorie(s): culture

Auteur(s): Hafid Azzouzi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..