Décès du musicologue algérien Haroun Rachid : C'était le cocompositeur de l'hymne national algérien Qassaman

Elwatan; le Lundi 24 Mai 2010
49487

Le célèbre musicologue algérien Haroun Rachid est décédé, samedi à Alger à l'âge de 78 ans des suites d'une longue maladie, a-t-on appris hier auprès de sa famille.
Haroun Rachid, né le 30 janvier 1932 à Belcourt (Alger), a fait l'école indigène Ollivier, à l'allée des Mûriers, où il a décroché le certificat d'études en 1945. Il a poussé ses études jusqu'à la classe de terminale. En parallèle, il a été initié à la musique grâce au concours du professeur Ferdinand Ribera, un Franco-Italien, qui excellait dans le violon. Cela lui a permis d’accéder en 1945 à l'annexe du conservatoire de Paris, qui se trouvait à l'actuelle place des Martyrs. Au déclenchement de la lutte armée, Haroun Rachid adhère au mouvement révolutionnaire pour devenir chef de cellule de l'Organisation civile du Front de libération nationale (OCFLN) à Alger.

Arrêté en 1957 par l'armée française, il connaîtra les affres de la détention aux côtés de Messaoudi Zitouni, Sid-Ali Abdelhamid, Tahar Chebouki, Ahmed Aroua, Aïssat Idir, Djermane Rabah et d'autres. Il connaîtra ainsi la vie des camps de concentration de la piscine d'El Annasser, à Sidi Chahmi, Paul Cazelles et Bossuet. Après sa libération, en 1959, Haroun Rachid crée l'Orchestre national de variétés. A l'indépendance, il sera à l'origine de la création des orchestres de variétés et symphoniques dont les plus prestigieux sont Nassim, Min dimaï el qoloub et Nachid el oummal. Haroun Rachid a eu l'insigne honneur d'être le cocompositeur de l'hymne national
algérien Qassaman. Il a, à son actif, plusieurs compositions et une
carrière de formateur en qualité de
professeur émérite au Conservatoire d'Alger.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): APS

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..