Des députés dénoncent

Elwatan; le Samedi 18 Fevrier 2012
1


Région essentiellement montagneuse, la Kabylie est, plus que quelque autre région, particulièrement éprouvée par les neiges. Les citoyens sont livrés au froid, à l’isolement et à la spéculation sur les prix du gaz et des produits alimentaires.
Les fragiles économies locales sur lesquelles vivotent les petites et moyennes paysanneries sont frappées de plein fouet. Les patrimoines végétal et animal ont déjà subi de gros dégâts. La tiédeur et l’absence de réactivité du gouvernement surprennent devant tant de détresse humaine. Cependant, des antécédents en matière d’absence délibérée de projets de développement et de la persistance de l’insécurité dans la région ne doivent pas nous étonner pour autant de la léthargie de l’Etat.

La déliquescence de celui-ci dans ses missions publiques dénote une gestion de la cité catastrophique, quand bien même les élus locaux, avec le peu de moyens à leur disposition, ont essayé d’apporter l’aide nécessaire mais souvent insuffisante aux victimes et aux populations isolées. Les effets d’une outrancière centralisation, doublée d’une incommunication structurelle, ont, hélas, révélé au grand jour la faillite de l’Etat en tant que  puissance publique. Son affaissement est inversement proportionnel à son détournement politique pour servir exclusivement un pouvoir atteint de déficit ou d’absence de légitimité. C’est ce dernier aspect qui préoccupe entièrement le pouvoir en concentrant l’ensemble de son activité publique à la préparation d’échéances électorales.

Encore une fois, la vie humaine semble de peu de poids devant le monstre froid. Révoltés par cette situation qui frappe notre région, déjà fortement précarisée par l’insécurité, nous députés des wilayas de Béjaïa, Bouira, Tizi Ouzou, exigeons des  pouvoirs publics de prendre immédiatement leurs responsabilités à travers une intervention publique massive  pour rompre l’isolement des populations, mettre à leur disposition nourritures, soins et moyens de chauffage. 

L’état de catastrophe naturelle doit être déclaré dans ces localités et, par conséquent, faire bénéficier à celles-ci le statut de zone sinistrée avec toutes les implications que cela entraîne en termes de réparations et d’aides. 

 

Wilaya de Béjaïa ( Ferdjellah Djamal, Mira Tarik) ; wilaya de Bouira (Brahimi Ali) ; wilaya de Tizi Ouzou (Boudarène Mahmoud, Stiet Mohamed)
 

Categorie(s): actualité

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..