Des manifestants souhaitent une «année noire» à Al Assad : un nouvel an 2013 explosif en Syrie

Elwatan; le Mercredi 2 Janvier 2013
1


«Nous te souhaitons une année noire Bachar (Al Assad) et bonne année à la Syrie», ont notamment scandé les manifestants sur l’air de «joyeux anniversaire», au milieu des youyous des femmes arpentant les rues du quartier Cheikh Mohieddine. «Dieu, la Syrie, la liberté et c’est tout», ont-il également crié, détournant le slogan des partisans du chef de l’Etat depuis près de deux ans : «Dieu, la Syrie, Bachar et c’est tout». «Que Dieu protège l’Armée syrienne libre (ASL, rebelles)», ont également scandé les manifestants dont les visages sont floutés sur la vidéo pour leur éviter une possible arrestation.

Ils ont réclamé la «victoire pour les révolutionnaires» et brandi des pancartes demandant la «libération des détenus», estimés à plusieurs milliers, selon les organisations de défense des droits de l’homme qui affirment qu’ils sont soumis à des tortures dans les geôles de la sécurité syrienne.

L’aéroport d’Alep fermé

Et comme la fin de l’année 2012, l’année 2013 a débuté dans la violence en Syrie avec une série de raids aériens de l’armée contre les bastions rebelles à la périphérie de Damas et la fermeture de l’aéroport d’Alep après la multiplication des attaques rebelles.
Ces violences persistantes viennent rappeler les difficultés à parvenir à un règlement politique du conflit qui ensanglante la Syrie depuis mars 2011 et jettent un doute sur la volonté des protagonistes de s’engager à mettre en œuvre le dernier plan de sortie de crise du médiateur Lakhdar Brahimi.

C’est la première fois que l’aéroport d’Alep (nord), la deuxième ville du pays, est fermé depuis le début du conflit.
L’aéroport de Damas a connu des perturbations en raison des violents combats qui avaient gagné fin novembre les abords de la route y menant, mais est resté ouvert. «Cette fermeture est une mesure provisoire qui a été prise après que des combattants de l’opposition armée aient tenté à plusieurs reprises de viser des avions civils, ce qui pourrait provoquer une catastrophe humanitaire», a affirmé à l’AFP une source à l’aéroport sous le couvert de l’anonymat. Selon elle, l’aéroport sera fermé «pour une très courte durée, le temps de reprendre le contrôle des zones entourant l’aéroport où sont déployés les opposants armés afin de garantir la sécurité des avions». Les autorités aéroportuaires ont confirmé cette fermeture, mais assuré qu’elle était due à des travaux de maintenance.

Categorie(s): international

Auteur(s): Rédaction internationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..