Djamel Ould Abbès. Ministre de la Solidarité nationale : «Privilégier l'insertion par l'économique plutôt que l'assistanat»

Elwatan; le Samedi 14 Mars 2009
1


- Quelles sont les mesures prochainement annoncées par votre ministère au profit des personnes handicapées ?
- Des propositions vont être présentées prochainement aux services du secrétariat général du gouvernement à travers des projets de textes législatifs et réglementaires. Il s'agit de l'introduction de certains projets d'amendement des dispositions de la loi n°02-09 du 8 mai 2002 (relative à la protection et à la promotion des personnes handicapées) et du décret qui en découle. On peut citer la suppression de la condition de «sans revenus» pour toute attribution de l'allocation accordée aux personnes handicapées et l'autorisation du cumul de cette allocation avec des ressources égales ou inférieures au SNMG. Il s'agit également de l'introduction d'un projet de décret instaurant une aide sociale personnalisée aux personnes âgées handicapées.
D'autres mesures sont en cours, parmi lesquelles la prise en charge des infirmités motrices cérébrales (IMC), des autistes et des trisomiques, l'introduction du bilinguisme dans l'enseignement des sourds avec l'officialisation de la langue des signes, l'introduction du système FM comme moyen technique pour l'enseignement aux personnes sourdes, le dépistage précoce et l'éducation préscolaire pour les enfants handicapés.
- Selon vous, la pension de 4000 DA par mois est-elle suffisante pour une personne handicapée ? Que pensez-vous des propositions de l'association Baraka qui demande une augmentation de cette pension à 12 000 DA ?
- Le ministère dont j'ai la charge a toujours plaidé pour une revalorisation conséquente de l'allocation attribuée aux handicapés. En 2004 déjà, nous avions introduit une demande de revalorisation des différentes allocations. Notre demande était la suivante : 6000 DA par mois pour les personnes handicapées invalides à 100% et 3000 DA/mois pour les autres catégories dont le taux d’invalidité est inférieur à 100%. En 2008, il nous a été accordé 4000 DA/mois aux handicapés à 100% et 3000 DA/mois aux personnes handicapées de moins de 100%. Il est clair que nous reviendrons à la charge et réintroduirons la revalorisation du montant de l'allocation. Toutefois, pour abonder dans le sens de la proposition de l'association Baraka, notre département a introduit des projets d'amendement aux textes réglementaires régissant l'aide sociale afin de permettre le cumul de cette allocation avec des ressources égales ou inférieures au SNMG (12 000 DA).
Notre département privilégie l'approche de l'insertion par l'économique des personnes en situation de handicap en lieu et place de l'assistanat.
- De nombreux handicapés ont exprimé leur détresse face au renouvellement des chaises roulantes tous les cinq ans. Y aura-t-il du nouveau sur cette question ?
- L'Office national d'appareillage et accessoires pour personnes handicapées (ONAAPH), organisme dépendant du ministère du Travail chargé de la fabrication, la distribution et la maintenance des appareillages nécessaires aux personnes handicapées, a instauré, en accord avec la CNAS, et ce, pour des considérations liées à la couverture de la demande, la condition d'un renouvellement tous les cinq ans de fauteuils roulants. Toutefois, le ministère de la Solidarité nationale, qui n'est pas tenu par cette mesure, a régulièrement offert, sans contrepartie, cet équipement spécifique aux personnes en situation de handicap. Au titre de l'année 2009, pas moins de 3000 fauteuils roulants ont été acquis par le département et répartis à travers les 48 wilayas aux personnes en ayant émis la demande. Ce qui couvrira l'ensemble des besoins.

Categorie(s): dossier

Auteur(s): Mélanie Matarese

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..