En bref

Elwatan; le Mercredi 18 Mars 2009
1


-Guantanamo

- Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a rédigé en 2007 un rapport confidentiel concluant que le traitement infligé aux personnes soupçonnées de terrorisme dans les prisons secrètes de la CIA relevait de la «torture». Ce document, révélé par la presse américaine, constitue le compte-rendu le plus détaillé des traitements infligés à des détenus dans le cadre de «la guerre contre le terrorisme» menée par l'ancien président américain George W. Bush et sur lesquels l'Administration de son successeur, Barack Obama, a entrepris d'enquêter. La révélation de ce rapport intervient alors que le nouveau directeur de la CIA, Leon Panetta, a créé en interne, selon une lettre diffusée lundi aux employés de l'agence, un groupe chargé de rassembler des informations sur les anciennes pratiques en matière de détention et d'interrogation.

- Ulster

- Un parti d'Irlande du Nord, proche du groupuscule républicain qui a revendiqué le meurtre d'un policier près de Belfast la semaine dernière, a mis en garde Londres lundi contre les «conséquences» de l'«occupation» britannique de la province. Des Dalton, vice-président du parti radical Sinn Fein républicain (FRS), un mouvement dissident du Sinn Féin, a déclaré que la «racine du problème» en Irlande du Nord tenait à la présence britannique et n'a pas exclu des attaques contre la Grande-Bretagne.

- Étas-unis

- La Maison-Blanche a vertement répliqué lundi aux critiques de l'ancien vice-président Dick Cheney en soulignant qu'il était mal placé pour prodiguer des conseils sur l'économie et la lutte contre le terrorisme. M. Cheney, vice-président de George W. Bush pendant huit ans jusqu'au 20 janvier, est sorti de sa retraite dimanche pour une première interview. Il y a fustigé les politiques économiques du nouveau président Barack Obama et l'a accusé d'avoir rendu le pays plus vulnérable en revenant sur les méthodes de détention et d'interrogatoire des suspects de terrorisme.

- Birmanie

- Les autorités birmanes ont arrêté cinq membres de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Mme Aung San Suu Kyi, a annoncé hier l'opposition, au lendemain d'un rapport de l'ONU dénonçant la détention de 2100 prisonniers politiques dans ce pays gouverné par l'armée. Nyan Win, porte-parole de la LND, a indiqué que quatre hommes et une femme appartenant à cette formation avaient été arrêtés la semaine dernière, «sans qu'on connaisse les raisons ou les lieux où ils ont été emmenés».

Categorie(s): international

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..