Enfants handicapés des anciens internationaux : La FIFA est au courant de l’affaire

Elwatan; le Mardi 21 Fevrier 2012
65101


Après la réaction des pouvoirs publics par l’intermédiaire du ministère de la Santé qui a pris en charge l’affaire souhaitant, d’après Mourad Boutadjine, avocat en charge du dossier, rencontrer les joueurs concernés, c’est au tour de la Fédération internationale de football (FIFA) de s’exprimer sur cette affaire. Cette dernière a affirmé, par la voix de son président de la commission médicale, Michel D’Hooghe, être au courant de l’affaire. «Nous sommes au courant du dossier», a déclaré en substance, Michel D’Hooghe. Le président de la commission médicale de la FIFA a réfuté toutefois l’hypothèse avancée par les «victimes» selon laquelle ils auraient avalé à leur insu des médicaments (dopants) administrés par le médecin russe de l’époque (Tabarchouk). Chose qui serait, toujours selon les internationaux, à l’origine du handicap de leur progéniture.

«Non, je suis désolé, on n’a aucune preuve qu’ils ont été dopés. C’est vrai que les joueurs peuvent être des victimes du dopage malgré eux, ils peuvent aussi prendre un simple anabolisant (comme des gouttes nasales). Pour être considéré comme un sportif dopé, il faut donc faire la part des choses et définir avant tout le dopage. Car, il y a une différence énorme entre dopage et un simple anabolisant, et certainement cela ne mérite pas les mêmes sanctions. Donc, faisons la part des choses», estime encore D’Hooghe dans une interview accordée au journal sportif électronique tunisien infosfoot.net, en marge du séminaire international sur le dopage qu’a abrité la capitale tunisienne du 16 au 18 du mois en cours.

Des propos qui laissent croire que l’instance internationale n’a pas l’intention de s’auto-saisir du dossier pour mettre toute la lumière sur cette affaire. Plusieurs anciens internationaux, dont notamment Djamel Menad, Mohamed Chaïb et Mohamed Kaci Said demandent des expertises sur les handicaps de leurs enfants liés aux produits dopants avalés à cette époque. Le principal accusé, Tabarchouk, nie sa responsabilité dans cette affaire, estimant avoir uniquement donné des vitamines aux joueurs de l’équipe nationale.  
 

Categorie(s): sports

Auteur(s): Kamel Yamine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..