ES Sétif : La «faute» à Lang…

Elwatan; le Lundi 2 Decembre 2013
81451


Mieux encore, la contre-performance rallume la mèche de la crise qui couve à l’intérieur de la maison de l’Entente, où ses managers ne sont plus sur la même longueur d’ondes. Comme le CSC, le MCEE, qui avait la possibilité de revenir au bercail avec plus d’un point, n’a pas osé. Sachant que le onze ententiste, marquant le pas depuis plusieurs journées, était prenable. Pour trouver un bouc émissaire à la faillite d’une politique, on pointe du doigt le coach Jean-Christian Lang. Le technicien n’est en rien responsable du recrutement et de la révision à la hausse des salaires des anciens. Son compatriote Hubert Velud, qui n’a pas été associé aux opérations précitées, est lui aussi exempt de tout reproche. Pour faire diversion, on veut tout mettre sur le dos du coach.

La panne du onze, qui n’a récolté durant les 6 dernières rencontres que 7 des 18 points mis en jeu, trouve son origine dans l’indigence du banc et les mauvais choix de l’intersaison. La méforme de certains cadres, comme Delhoum, Karaoui et Djahnit – pour ne citer que ceux-là – et le manque de solution de rechange en attaque, où Gourmi ne peut à lui seul renverser des situations délicates, sont les autres causes d’une traversée de désert ne disant pas son nom. Le quelconque rendement de nouveaux venus, tels Touahri, Zerara, Mellouli et Lamri, n’a pas non plus arrangé les choses. Ne disposant point de baguette magique, un nouveau coach, Roger Lemerre ou un autre, ne pourra faire des miracles avec un effectif non seulement limité techniquement, mais aussi orphelin d’un leader, d’un catalyseur et d’une grosse pointure en attaque. Bref, en essayant de faire porter le chapeau à Lang, les dirigeants de l’Aigle noir, qui s’essouffle, veulent se dédouaner.
 

Categorie(s): sports

Auteur(s): Kamel Beniaiche

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..