Et si on préparait des Terfas poêlés ?

Elwatan; le Vendredi 20 Mars 2009
30390

Très bonne année pour la
truffe blanche du désert,
plus connue sous l'appellation
terfas mais évidemment
moins connue
sous son nom scientifique
terfezai ovalispora, champignon
non hallucinogène
qui pousse naturellement
dans le sable au tout début
du printemps.
Habituellement
de taille moyenne,
le terfas, ou batata terfas,
a atteint cette année des
tailles très honorables
(de la taille d'une grosse
pomme de terre) grâce aux
pluies abondantes qui sont
tombées sur les régions
sahariennes et qui ont malheureusement
fait beaucoup
de dégâts et victimes.
A quelque chose malheur
est bon, dans les déserts,
aux abords des villes,
on trouve en ce moment
des centaines de familles
dehors, la tête pointée vers
le sol, ce qui peut intriguer
les voyageurs de passage.

Ces familles allient en fait
sortie et cuisine, passant
la journée dehors sous le
beau temps à la recherche
des truffes qui jonchent
le sol et naissent sous
une plante particulière, la
tahawat (helianthemum
lippii), que les spécialistes
reconnaissent à ses petits
pétales jaunes. L'éclosion
du terfas est brève (on dit
qu'il faut trois jours de
pluie sans discontinuer
pour qu'il naisse), ce qui
rend sa cueillette et sa
consommation particulières.
Viandes
Moins parfumée que sa
cousine prestigieuse, la
truffe noire d'Europe, elle
est néanmoins odorante,
a du goût et grâce à sa
consistance unique, entre
la pomme de terre et le
champignon, se cuisine à
toutes les sauces comme
un champignon. Simplement
à l'ail sur une poêle
avec du beurre ou dorée
puis mixée pour en faire
une sauce pour les pâtes
ou le riz, elle remplace les
viandes, mais pas forcément,
et peut même être
incorporée à des pâtés
maison et être transformée
en crème.

800 DA le kilo à Alger et
dans les grandes villes du
Nord (jusqu'à 1000 DA
dans certains marchés)
contre 300 DA dans les
villes du désert (Ghardaïa,
Biskra, Béchar, El Oued)
et même 150 à 200 DA
la petite. Fraîches, elles
se gardent une semaine
maximum au réfrigérateur
et certains les congèlent
pour pouvoir les utiliser
plus tard. Les terfas disparaissant
en avril, avec plus
ou moins d'incertitudes en
ces temps de dérèglement
climatique. Recherché
ailleurs, le terfas est
parfois exporté et on en
trouve selon les années
dans des marchés des pays
du Golfe et d'Europe où
il se négocie autour de 15
euros le kilo, le marché
vers le Golfe ayant été
raflé cette année par les
Syriens qui passent en ce
moment de telles quantités
en fret par Air Algérie à
destination de Dubaï que
la compagnie nationale
est débordée, obligeant
les exportateurs à limiter
les stocks. Ce qui assure
quand même des bénéfices
certains pour les exportateurs,
une fois passés les
obstacles bureaucratiques
algériens et les embûches
qui poussent naturellement
dans les déserts de
l'économie. Comme des
champignons.

Attention. Quelques
spécialistes ont alerté les
populations des environs
de Reggane sur la nocivité
possible des truffes (terfas)
de la région, pouvant
être contaminées par les
explosions atomiques et
nucléaires que la France
a entreprises dans les
années de la colonisation.
Les champignons ont
en effet ce pouvoir de
transmettre de la radioactivité
sur des générations.
A consommer donc avec
modération.

Categorie(s): conso

Auteur(s): Chawki Amari

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..