Exercice de la pharmacie et avant-projet de loi sanitaire : De nouvelles obligations pour le pharmacien

Elwatan; le Mardi 27 Octobre 2015
98852


L’exercice officinal est désormais soumis à des obligations. De nouvelles missions sont attribuées au pharmacien d’officine. Il est d’abord exigé la présence physique du pharmacien dans son officine sous peine de sanctions sévères. Le pharmacien d’officine peut avoir un subordonné, en l’occurrence un pharmacien assistant, et les vendeurs subiront des formations spécialisées. La liste des pharmacies de garde doit être transmise au ministère de la Santé et sera publiée sur le site internet.

Telles sont, entre autres, les décisions prises par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière révélées, hier, par M. Boudiaf, lors des travaux de la conférence internationale sur les nouvelles dispositions de l’avant-projet de la loi sanitaire, l’exercice de la pharmacie et la politique du médicament organisée par le conseil national de l’Ordre des pharmaciens.

Le pharmacien d’office, acteur incontournable dans le système de santé publique, aura également à fournir de nouvelles prestations dans son officine, notamment la prescription de certains médicaments pour des patients des zones enclavées, la réalisation de certains examens biologiques, l’éducation thérapeutique des patients.

Des tâches à mener non sans difficulté, sachant que le pharmacien est souvent sollicité pour d’autres obligations. Interrogé sur l’inscription automatique des praticiens au tableau des Ordres médicaux, M. Boudiaf a affirmé que cette disposition sera revue. Concernant la politique du médicament, le ministre a souligné que «la promotion de la production nationale est une priorité et nous devons préserver cette jeune industrie».

Pour ce faire, M. Boudiaf a signalé que le travail a déjà commencé par l’assainissement de la nomenclature des médicaments, qui est passée de 5800 dénominations communes internationales (DCI) à 4200, par la révision à la baisse des prix des médicaments importés et l’interdiction de l’importation des médicaments fabriqués localement ; d’ailleurs, la Pharmacie centrale des hôpitaux a été instruite de lancer un avis d’appel d’offres à la production nationale. Et aussi la création de l’Agence nationale du médicament.

Les points noirs qui restent encore des préoccupations majeures du ministère de la Santé résident dans la gestion et la distribution. «Mais le dossier est ouvert à notre niveau. La première tâche est de redynamiser l’informatisation des systèmes notamment dans les pharmacies hospitalières, ce qui tarde à se mettre en place à défaut de techniciens spécialistes ou de logiciels non fonctionnels» a-t-il avoué, avant de signaler qu’une rencontre nationale, voire internationale, sur la pharmacie hospitalière sera organisée le mois prochain à Alger.

M. Boudiaf a annoncé que les gestionnaires seront également soumis à des formations pédagogiques pour accompagner les réformes et adopter le nouveau mode de gestion. Saluant toutes ces dispositions, le président du conseil de l’Ordre des pharmaciens, Lotfi Benbahmed, rappelle que «toutes les recommandations inhérentes au volet de l’exercice officinal ont été prises en compte par la nouvelle loi sanitaire.

La nouvelle loi a également prévu un statut pour le pharmacien assistant et stipule le rôle joué par le pharmacien dans l’éducation thérapeutique du patient, dans la mesure où il assure des services liés à la santé». Il demande, au passage, la révision du chapitre «déontologie» et de retenir les résolutions unanimes des Assises nationales, à savoir la reprise des textes actuels avec la séparation des Ordres médicaux.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Djamila Kourta

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..