Folio : «En attendant Salim !»

Elwatan; le Mardi 3 Decembre 2013
1


Tout autant que les esprits trop clairs, Abdelkader Alloula a séduit les esprits confus qui se sont enfermés d’eux-mêmes dans les trop fameux «sujets de mémoires» ou «jeux de miroirs» ou encore «jeux du vide». Vide dites-vous ?
Actuellement, tout ou presque est vide : théâtres vides, salles de cinéma vides, amphis vides.
Seules les rues sont «pleines et grouillantes d’hommes et de femmes. Ils marchent, lèchent  les vitrines ou achètent (parfois n’importe quoi),  mais… les yeux dans le vide. Folie de Salim(1) (Homq Salim) avait intitulé Abdelkader Alloula sa célèbre pièce théâtrale qui portera sur une situation aussi confuse et troublante que notre situation actuelle. Alloula avait «senti» la mort qui rôdait autour du président Houari Boumediène.
Un vide ? Qui comblera le vide ? Seul Salim le fou (El Ahmaq) répondait, par bribes monologuées parfois confuses et… vides, à cette lancinante question qui taraudait les esprits avides (à vide ?) de curiosité, de savoir ou de commentaires.

Différence de taille. A l’époque d’Abdelkader Alloula, les salles de théâtre, les salles de cinéma, les amphis et autres lieux de culture étaient pleins de «gens» qui interrogeaient et s’interrogeaient.  Aujourd’hui, tout où presque est… vide. On marche, on va au travail ou à l’université la tête… vide ! «Qui remplacera qui ?». Question absurde pour une situation absurde.

Les enfants d’Abdelkader Alloula sont-ils si paresseux pour aller ouvrir au moins les portes des… théâtres ? Pourquoi ne pas «reprendre» la célèbre pièce Homq Salim de Abdelkader Alloula ? Son décor est très peu «coûteux» et son texte est un monologue très «maniable», c’est-à-dire ouvert à l’improvisation. On peut s’étaler sur «notre situation actuelle». On peut même… trouver des réponses «pour combler le vide !».


1) pièce adaptée de Journal d’un fou de Gogol. Ce dernier avait bien «senti» le changement proche de la Russie de la fin du XIXe siècle Salim (en arabe) veut dire sain.
 

Categorie(s): culture

Auteur(s): Djilali Khellas

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..