Foncier à Chelghoum Laïd (Mila) : le changement de statut d’un terrain fait réagir les riverains

Elwatan; le Lundi 26 Octobre 2015
1


La parcelle foncière connue sous le nom El Merdja, au centre-ville, est en passe de perdre son statut juridique à la faveur de transactions scellées entre certaines parties responsables et un industriel de l’extérieur de la région. Située sur le POS n°3 de la ville, El Merdja a toujours été un espace voué aux loisirs des riverains.

Or, certains «prédateurs» du foncier, pour reprendre les propos des comités de quartiers, veulent lui donner une vocation qui n’est pas la sienne comme si les 240 hectares de la seconde zone industrielle de la commune ne sont pas suffisants pour contenir une unité de production de boissons gazeuses. Aussi, les riverains organisés en comité de quartiers, s’opposent-ils au projet et revendiquent l’intervention du wali afin que cet espace soit préservé contre «les maquignons et trafiquants du foncier».

En effet, dans une pétition signée par huit associations et comités de quartiers, les habitants de la ville lancent un appel urgent au wali, lui demandant avec insistance d’intervenir «afin d’empêcher la tentative de transfert du terrain au profit d’un industriel». Les auteurs de la pétition menacent, par ailleurs, de recourir à d’autres voies de protestation si leur revendication est occultée.

Rappelant que les associations de la société civile activant à Chelghoum Laïd ont toujours accordé une importance toute particulière à cet espace, considéré comme le poumon de la ville, et ce à travers des actions d’entretien et de reboisement, à l’image de l’opération de plantation de 180 peupliers, réalisée en 2013, le système d’arrosage au goutte à goutte mis en place pour l’arrosage de ces arbres ou encore les campagnes de désherbage et d’embellissement qu’elles organisent régulièrement.

Categorie(s): actu est

Auteur(s): Kamel B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..