Générations de la musique andalouse de Mila : Une association pour perpétuer le malouf

Elwatan; le Samedi 5 Janvier 2008
24484

Moins d’une année après sa création, l’association Générations de la musique andalouse de la ville de Mila compte à son actif une dizaine de participations retentissantes à des festivals et événements culturels d’envergure.
La dernière apparition en date de la troupe, composée de 30 à 32 musiciens sous la conduite du maestro et chef d’orchestre, Toufik Bentiar, a été l’excellente prestation à la semaine culturelle de Mila (du 23 au 27 décembre) dans le cadre de la manifestation « Alger, capitale de la culture arabe».
La première soirée donnée en ouverture à la salle Ibn Zeydoun, en présence de la ministre de la Culture et du wali d’Alger, a été une véritable apothéose pour la troupe, qui signera son baptême de feu en se révélant au grand public, surtout avec l’«explosion» du talentueux compositeur, vocalisateur et non moins président de l’association elle-même, Mohamed-Salah Allam, qui entonnera en duo avec Wayal Rekioua, un enfant de 9 ans, une chanson intitulée «Anti hobbi ya Djazaïr». A l’école nationale de la Protection civile de Dar El Beïda, la troupe rééditera une soirée d’anthologie en la personne de son maître violoniste, Dahmani Boubekeur, qui présentera un somptueux cocktail malouf. Les représentants de l’antique Milev, tout feu tout flamme, auront aussi marqué de leur empreinte artistique le rendez-vous constantinois Layali el malouf, du 16 au 25 avril 2007, où ils brilleront de mille feux aux côtés de ténors incontestés de la musique andalouse. Mais c’est à l’occasion de la célébration du 79e anniversaire du chantre de la musique constantinoise, El Hadj Mohamed-Tahar Fergani, du 27 au 29 mai dernier à Mila, que la troupe Générations, digne héritière des figures emblématiques du malouf milevien, aura donné la pleine mesure de son talent en évoluant avec prestance aux côtés de sommités de la chanson chaâbie et du malouf, pour ne citer que Ayachi Dib, Hamdi Benani, Smaïn Henni, Salim Fergani et Cheikh Darsouni. Une chanson du compositeur et président de l’association, Mohamed-Salah Allam, ayant pour titre « Fergani, symbole des générations», a été dédiée à El Hadj Fergani en la circonstance. Le festival national de la musique andalouse, organisé au mois de juillet 2007 à Constantine, et le festival du chant patriotique de Béjaïa (du 16 au 20 août 2007), sont autant d’étapes culturelles où la prestigieuse association Générations, à l’image de ses fers de lance, les percussionnistes Benkheïreddine et Bouaâza, le violoniste Dahmani Boubekeur, le luthiste Mahfoud Rekioua, en passant par les flûtistes Abdelaziz Dahmani et Amar Benkarfa, a fait très bonne figure. «Notre association se veut le prolongement de Djamiât El Moubarkia, par référence à Mebarek El Mili, figure emblématique du malouf milevien, et la continuité de l’œuvre artistique portant l’empreinte de ses précurseurs, membres fondateurs et maîtres des kassayade et du medh, Kara-Mostefa Zoubir, Ahmed Dahmani et les Bentiar» a indiqué le président de l’association.

Categorie(s): actu régions

Auteur(s): Mahmoud Boumelih

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..