Grave explosion chez Arcelor Mittal (Annaba)

Elwatan; le Samedi 5 Janvier 2008
1

Mercredi vers 19h30, le convertisseur de l'aciérie à oxygène n°2 du groupe indien de sidérurgie Arcelor Mittal Annaba a explosé. Bilan : un ouvrier brûlé au 3e degré et d'importants dégâts matériels.

Selon les premiers éléments d'information, c'est au contact de la fonte liquide avec des huiles et des eaux usées stagnantes en grande quantité sur ces lieux que le sinistre s'est déclaré. Il a réduit en cendres toute l'installation électrique ainsi que le poste de commandement (PC).
Des fumées noires et denses ont rapidement couvert les alentours de l'entreprise et du centre-ville de Sidi Amar, entraînant un début d'inquiétude de la population. Inquiétudes accentuées par les sirènes des ambulances et des engins de la Protection civile intervenus juste après l'explosion. Contactée, la direction de la Protection civile de Annaba s'est abstenue de communiquer toute information relative à l'origine de l'accident.
Au plan économique, les conséquences de cet incendie sont très lourdes pour le groupe. L'aciérie à oxygène n°2 est l'un des maillons forts d'une chaîne de fabrication de différents produits. C'est elle qui alimente en billettes, un produit semi-fini, les autres ateliers spécialisés dans les produits longs, tels le rond à béton et les bobines de tôle. Les laminoirs à fil et rond (LFR) et rond à béton (LRB) sont les premiers concernés. Selon des experts, plusieurs mois d'arrêt sont nécessaires pour la remise en l'état de toute l'installation électrique ainsi que du PC. Devant l'ampleur des dégâts, la direction générale de Arcelor Mittal a aussitôt fait appel à quelque 40 micro-entreprises spécialisées dans le montage des installations électriques.
Par ailleurs, cet incendie est intervenu à la veille de la reprise du travail du nouveau président-directeur général, Bernard Bousquet, en congé depuis plusieurs jours.
Il est intervenu également au moment où le complexe sidérurgique est secoué par un mouvement de protestation de plusieurs centaines de chômeurs de la commune de Sidi Amar.
Quelques heures avant la déclaration du sinistre, ceux-ci avaient assiégé les principaux accès au groupe, paralysant ainsi toute circulation aussi bien des travailleurs que des clients de l'entreprise.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Mohamed Fawzi Gaïdi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..