Grave incendie à la raffinerie de Skikda : Trois blessés et psychose dans la ville

Elwatan; le Samedi 5 Janvier 2013
1


Evacués à l’hôpital de la ville, ils ont reçu les premiers soins avant de regagner leur domicile. L’importance de l’incident a d’ailleurs a mené le wali à se déplacer, vers 23h, sur les lieux pour s’enquérir de près de la situation. Selon des cadres de l’entreprise, l’incident s’est produit à 21h au niveau du four de l’unité 100 (Reforming 1) pour la production des essences au moment où les opérateurs s’apprêtaient à redémarrer l’unité qui vient de faire l’objet d’une opération de rénovation dans le cadre du projet de réhabilitation mené par la firme Samsung. «Les flammes étaient vraiment imposantes et il a fallu plus d’une heure pour venir à bout du sinistre. Les conséquences auraient pu être  plus graves vu la présence de produits hautement inflammables», explique un employé de la raffinerie présent lors de l’incendie.

La même source explique que l’origine de cet énième incendie est en relation avec le forcing opéré par les opérateurs en vue de chauffer le four. «La pression a été amenée au maximum pour faire chauffer le four, ce qui a engendré une obstruction qui ne tardera pas à occasionner l’incendie vu la présence importante d’hydrogène.» Une autre source rapporte également que cet incident a été précédé le jour même d'un autre problème survenu, dans l’après-midi, sur un autre four. «C’est la perspicacité d’un chef de quart qui a épargné à la raffinerie un autre incident. Il a alerté tout de suite les responsables pour arrêter le four à temps.»

Par ailleurs, il reste à relever que l’importance des flammes nées de l’incendie a semé une grande psychose parmi les populations des agglomérations qui longent le périmètre du pôle hydrocarbures. Effrayés par les illuminations rougeâtres qui gerçaient le ciel, des dizaines d’habitants de Ben M’hidi, Barrot, l’Acacia, Hammadi Krouma et même ceux des quartiers de la ville de Skikda, comme Zeramna et Bouabbaz, sont sortis de leur domicile pour s’informer de ce qui se passait. «On vit au rythme de cette zone pétrochimique. On commence vraiment à avoir peur suite à la multiplication de ce genre d’incident. Si ça continue, on finira un jour ou l’autre par sauter avec toute la plateforme», estiment plusieurs habitants de Skikda. Touchons du bois, car tout nouveau drame se fera aux dépens des travailleurs de la zone pétrochimique et des habitants limitrophes. Chakib Khelil, l’instigateur de ce projet de rénovation aux multiples incidents, ne sera en aucun cas «éclaboussé».  

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Khider Ouahab

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..