Grève des employés de la DUC de Constantine : Le silence gêné de la tutelle

Elwatan; le Jeudi 22 Octobre 2015
1


Durant ce long arrêt de travail, des dizaines de projets sont abandonnés et des centaines de documents sont bloqués faute de visa de la direction.

Le manque à gagner quotidien est fortement préjudiciable à l’économie de la wilaya et aux intérêts des citoyens.
Les grévistes qui manifestent leur rejet des méthodes employées par leur directeur disent avoir consommé tout leur quota de patience et refusent d’en subir davantage. «Nous sommes touchés dans notre dignité. Chaque jour apporte son lot de mépris et d’insultes qui n’épargnent ni les hommes ni les femmes.

Le langage est intolérable et je ne vous dis pas les gestes…»

C’est la première fois qu’un directeur est décrié unanimement par les employés d’une administration publique à Constantine. Mais cette unanimité n’a pas convaincu le wali et la tutelle du secteur. Le chef de l’exécutif local, Hocine Ouadah, semble même manœuvrer pour sauver la tête de son DUC. Il faut savoir que ce directeur, en poste depuis mars 2014, est arrivé à Constantine depuis Mostaganem, la wilaya où Ouadah était en poste, et là il n’y a pas de coïncidence.

La pratique est même fréquente parmi les walis qui déplacent avec eux leurs directeurs préférés. Il est donc compréhensible que le wali de Constantine soit le premier à défendre Habib. Son cabinet s’est d’ailleurs empressé à organiser une conférence de presse au deuxième jour de la grève, pour vanter les mérites du DUC et circonscrire le conflit dans une espèce d’affaire personnelle avec le responsable de la section syndicale, essayant tantôt de concilier les deux parties, tantôt de détourner l’opinion publique. Les propos tenus lors de cette conférence de presse ont eu un résultat contraire à celui escompté.

Les grévistes, qui attendaient un écho favorable à leur cri de colère, ont refusé de revoir à la baisse leur revendication. Le piquet de grève est devenu un bloc imperturbable. Face à la détermination des travailleurs, l’administration tente de déstabiliser les grévistes en visant la section syndicale affiliée au Snapap, locomotive de ce mouvement.

Cette semaine, la section a été destinataire de deux plaintes déposées par la DUC au tribunal administratif de Constantine, dont l’une introduite en référé, pour la suspension de la grève. Les deux plaintes mettent en cause la légitimité du syndicat, comme si cette feuille de vigne pouvait cacher le malaise qui s’est installé, des mois durant, au sein de la DUC jusqu’à provoquer le divorce entre la tête et le corps.

La tutelle, confinée jusque-là dans le silence, devrait prendre ses responsabilités et mettre fin à cette situation qui devient absurde.
 

Categorie(s): constantine

Auteur(s): Nouri Nesrouche

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..