Hamid Benatia . Cinéaste : «Mettre en relief le rôle historique d’El Tarf»

Elwatan; le Jeudi 22 Octobre 2015
98804


 

M. Benatia, pourquoi le choix d’El Tarf pour le tournage de votre dernier film ?

C’est un film sur la Révolution algérienne et même si c’est une fiction, et je tiens à le préciser pour éviter toute équivoque, il est inspiré de faits  réels qui ont eu pour théâtre cette région.

Le franchissement des sinistres lignes Challe et Morice mais aussi le rôle historique d’El Tarf comme itinéraire d’acheminement des armes vers les maquis de l’intérieur.

Et puis, il y a les fabuleux paysages où on peut encore trouver des décors authentiques des forêts de l’époque. Nous l’avons tourné près et dans la forêt des Beni Salah, à Hammam Beni Salah, Cheffia et Asfour et nous avons fait aussi des prises dans le village d’Aïn El Assel.

Qu’est ce qui a donné l’idée du sujet ?

C’est mon neuvième film et il rapporte des évènements qui se sont déroulés au lendemain de la signature des accords d’Evian, le 19 mars 1962. Une patrouille d’une douzaine de moudjahidine partis de Ghardimaou (Tunisie), le siège de la base de l’Est, dans la nuit du 18 mars pour rejoindre Hammam Beni Salah (HBS) se retrouve devant la ligne Challe.

Alors que l’ordre de cesser le feu est parvenu à toutes les casernes, l’officier de la place de HBS, le commandant Nicolas qui refuse de reconnaitre les accords et poursuit sa guerre, fait bombarder la patrouille avec des complices de la base d’Annaba. Seul, le chef de groupe Si Tahar en réchappera.

Le rôle du commandant Nicolas est interprété par Abderahmane Boudia qui n’est autre que le fils de Mohamed Boudia, le militant algérien de la cause palestinienne assassiné à Paris par les Services secrets israéliens.

Le rôle d’un colon, Bernard, est lui interprété par l’excellent chanteur chaâbi d’Annaba Rachid Baba-Aïssa qui n’est pas à présenter dans votre région.

Quand aurons-nous le plaisir de voir votre film ?

C’est un film de la Télévision algérienne qui entre dans le cadre des manifestations pour la commémoration du 60e anniversaire du déclenchement de la Révolution algérienne. Notre société de production Al Alamia prodcom est producteur exécutif, le scénario est de moi et la réalisation de Mohamed Charafdine Ketita.

C’est le 9e film que je fais sur la lutte armée, dont une série en 2012 intitulée Sacrifices. Nous sommes à la phase montage et selon toute évidence, il est programmé pour novembre 2015.  

Categorie(s): actu est

Auteur(s): Slim Sadki

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..