Hamid Grine à Tizi Ouzou : protestation des journalistes

Elwatan; le Vendredi 23 Octobre 2015
1


Ces derniers se sont rassemblés sur l’esplanade de l’immeuble en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait  lire : «Les martyrs vous regardent» et «Non au mépris des journalistes».

Cette action de protestation a été décidée la semaine dernière lors de l’assemblée générale de l’Association des journalistes et correspondants de Tizi Ouzou (AJCTO) pour dénoncer «le mépris du ministre de la Communication qui a décidé unilatéralement de baptiser la maison de la presse au nom du défunt journaliste Malik Aït Aoudia». Pour les gens de la presse de Tizi Ouzou, il aurait été souhaitable de baptiser l’établissement au nom d’un des journalistes assassinés. La corporation de la presse avait d’ailleurs entériné la décision de l’appeler Maison des martyrs de la presse.

Dans une déclaration, l’AJCTO a expliqué que l’action n’est pas dirigée contre Aït Aoudia «qui mérite tous les hommages». Même l’APW s’est associée à cette action de protestation en boycottant carrément la cérémonie de baptisation. Le P/APW était également absent à la tribune lors du point de presse de Hamid Grine. Celui-ci avait indiqué, lors de la rencontre avec les journalistes, qu’il ignorait l’existence de l’association des journalistes et que l’ancien wali ne l’en avait pas informé.

«Je ne savais pas que votre association faisait de la politique, son rôle est de défendre plutôt les intérêts de la corporation. J’aime bien la presse de Tizi Ouzou», se justifie le ministre, prenant à témoin un confrère. La maison de la presse de Tizi Ouzou, un immeuble de deux étages, comprend une quarantaine de bureaux.

Il a été réalisé par l’APW pour un budget global de 121 264 667, 64 DA. La plus importante annonce faite hier par le ministre est la rallonge de la plage horaire de la radio de Tizi Ouzou dont les programmes finiront désormais à minuit. Concernant sa fouille corporelle à l’aéroport d’Orly, le ministre a indiqué que «tout est rentré dans l’ordre». A propos de la fermeture d’El Watan Djazairia TV, il a considéré «l’affaire close», précisant : «Si une chaîne sort du cadre républicain, je n’hésiterai pas à ordonner sa fermeture.» Répondant à une question sur la publicité, le ministre a déclaré que la loi sur la publicité est à l’étude au gouvernement et que le marché de la pub géré par l’ANEP a chuté
de 60%. 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Saïd Gada

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..