Ils interpellent le président Bouteflika : L’exaspération des magistrats de la Cour des comptes

Elwatan; le Jeudi 27 Mai 2010
49553

Alors que le pays sombre dangereusement dans le bourbier de la corruption, la Cour des comptes, un instrument dont la mission fondamentale est précisément la lutte contre ce fléau dévastateur, observe impuissante la dérive. Elle s’est avérée incapable de jouer son rôle de contrôler l'usage des fonds publics.
Pourquoi cette institution est mise en veilleuse ? Les magistrats de cette institution ont, sans doute, la réponse, puisqu’ils ont décidé de porter à la connaissance de l’opinion publique les raisons de l’étouffement de l’énorme bâtiment qui surplombe la rue de l’Indépendance.

Exaspérés par la situation dans laquelle se trouve leur institution, ils ont décidé de saisir le chef de l’Etat.
Le silence est brisé. «On ne peut plus se taire», ont-ils déclaré.
Dans une lettre ouverte adressée au premier magistrat du pays, le Syndicat national des magistrats de la Cour de comptes (SNMCC) a tiré la sonnette d’alarme. La Cour des comptes est mise en veilleuse pour ne pas dire qu’elle se meurt.
«La mission de contrôle au sein de la cour est reléguée au second plan, en marginalisant le corps des magistrats. Le rôle de l’institution est minimisé en la dévoyant de sa mission fondamentale.» C’est la description qu’ont fait les magistrats de la situation qui règne au sein de leur institution.

Les magistrats de la Cour des comptes mettent en cause le président de cette dernière qui, selon eux, est responsable de «l’accumulation des problèmes que connaît la cour en raison de la non-gestion et du fait des responsables qui sont à la tête de cette institution depuis quinze ans». Un état de fait qui «rendrait caduque la mise en pratique de la directive n°3 de décembre 2009 du président de la République, portant la mobilisation des instruments de contrôle et à leur tête la Cour des comptes aux fins de transparence dans la gestion des deniers publics, dès lors que la Cour des comptes est réduite à sa plus simple expression», a affirmé le président du syndicat, Zineddine Harouche. Cette institution qui est, par définition, une juridiction administrative chargée principalement de juger la régularité des comptes publics, de contrôler l'usage des fonds publics et de mener des investigations ne pourrait pas accomplir sa mission dans telles conditions.

«Le dysfonctionnement ou plutôt la non-gestion de notre institution va compromettre les missions pour lesquelles nous sommes mandatés. D’autant que cela ce passe au moment où le pays est plongé dans une corruption à grande échelle», a tonné Belaïd Taïti, membre du syndicat.
Ce dernier ne se fait pas d’illusion par rapport au désastre de la corruption. «Le grand risque qu’encourt le pays est la corruption à grande échelle qui peut le mener vers sa dislocation, voire même une guerre civile comme cela s’est produit dans certains pays africains», a-t-il mis en garde. Face à ce risque, les magistrats de la Cour des comptes refusent de se taire. «Si on se tait, on se rendrait complices de la mise à mort de la Cour des comptes et du coup, de la prolifération du phénomène de la corruption», ont défendu les magistrats.

Situation sociale déplorable

«L’absence d’une vision futuriste dans la gestion de la Cour est due au fait que l’institution s’est recroquevillée sur elle-même ainsi qu’à son incapacité à se mettre au diapason des nouveaux développements dans les domaines du contrôle selon les normes internationales», ont estimé les membres du SNMCC, qui se disent «révoltés et indignés».Existe-t-il une velléité politique de l’empêcher d’accomplir ses missions ? Sinon, comment peut-on expliquer sa paralysie. En tout cas, leurs griefs le suggèrent amplement. Une interrogation, somme toute légitime, d’autant plus que les magistrats sont maintenus dans une situation sociale qui laisse à désirer.
«C’est presque une honte pour nous de parler de nos conditions sociales alors que nous sommes investis d’une mission sensible. Mais l’appauvrissement des magistrats est sciemment entretenu pour nous empêcher de se concentrer sur nos missions d’investigation. Au moment où un conseil à la Cour suprême touche une mensualité de 240 000 DA, son collègue de la Cour des comptes ne dépasse pas 48 000 DA !», ont déploré les membres du syndicat.

Le nombre très réduit des magistrats de cette cour, 302 uniquement pour tout le territoire national, «est nettement insuffisant pour pouvoir engager des enquêtes», ont-ils jugé. Les magistrats de la Cour des comptes lancent un appel urgent au président de la République pour «redresser et redynamiser le rôle de l’institution en sa qualité d’instance suprême pour le contrôle afin qu’elle puisse être la locomotive de la bonne utilisation des deniers publics». Dans l’espoir de voir la plainte des magistrats entendue et prise en charge, le pays continue dangereusement sa marche vers des lendemains incertains.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hacen Ouali

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..