Infos dernière

Elwatan; le Jeudi 27 Mai 2010
1


-Tizi Ouzou : Faux barrage à Boghni

Un groupe de terroristes a dressé un faux barrage, mardi, durant la nuit, sur le CW n°128 reliant la ville de Tizi Ouzou à Boghni, au sud de la wilaya. Les assaillants ont surgi sur la route, vers 22h. Ils ont intercepté les automobilistes qui étaient de passage, avant de les racketter et de les délester de leurs objets de valeur. Après avoir accompli leur sale besogne, les sbires du GSPC ont pris la fuite en direction des maquis environnants.
Par ailleurs, un terroriste s'est rendu, vendredi dernier, dans la commune de Souamaâ, daïra de Mekla, à 40 km au sud-est de Tizi Ouzou. Le repenti s'est livré à la garde communale.
C'est la deuxième reddition d'un élément du GSPC depuis le début du mois en cours. Elle intervient après celle de l'émir de la katibat El Farouk qui active dans le versant sud de la wilaya de Tizi Ouzou. Il s'est rendu, pour rappel, aux éléments de la gendarmerie, dans la région de Kadiria, wilaya de Bouira.

- Mascara : Suspension du maire de Hachem

Le président de l'APC de Hachem, commune située à 50 km de Mascara, Lebini Habib, d'obédience RND, a été démis de ses fonctions, mardi dernier.
Contacté par nos soins afin de nous livrer sa version des faits, le maire suspendu,
sur décision du wali de Mascara, Larbi Merzoug, nous a révélé : «Ma suspension fait suite à une plainte judiciaire déposée à mon encontre par la wilaya pour une affaire de divulgation d'un document administratif. Je ne ferai aucun commentaire là dessus et j'ai entière confiance en la justice de mon pays.» Un élu, Khenata Kadour, d'obédience RND, a été installé, mercredi 26 mai, en qualité de maire par intérim.

- Sortie du territoire : Encore l'autorisation paternelle pour les femmes !

«Un pas en avant, deux pas en arrière», c'est la conclusion à laquelle sont arrivées des militantes féministes qui contestent une mesure récente envoyée aux voyagistes stipulant que «toute femme voyageant seule avec son enfant mineur (moins de 19 ans) doit obligatoirement avoir en sa possession une autorisation paternelle de sortie (…) sans cela, les autorités refuseront l'embarquement du mineur». Les militantes soulignent le caractère discriminatoire en faisant référence aux «avancées acquises grâce aux amendements apportés au code de la famille en vigueur depuis 1984.» L'information est confirmée par des agences de voyages et des compagnies aériennes présentes au Salon du tourisme qui se tient actuellement à Oran et certains ont déclaré ne pas comprendre l'opportunité d'une telle décision, car confrontés à des situations parfois absurdes, à l'exemple d'une femme dont le mari était en prison.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hafid Azzouzi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..