Instantané : considération

Elwatan; le Dimanche 6 Janvier 2013
1


Depuis que les pouvoirs publics se sont déployés pour redonner à l’espace urbain un semblant de propreté, une question tourmente nombre de nos concitoyens : pourquoi faut-il toujours attendre la visite d’une personnalité pour que nos responsables daignent accomplir les tâches qui sont ordinairement les leurs. Si on devait tenir compte de l’illogisme de nos dirigeants, le citoyen algérien ne mérite pas que l’on s’occupe de son cadre de vie, puisqu’on le réserve flamboyant aux autres. L’opération de nettoyage étant conjoncturelle, les habitants de la capitale devront attendre la prochaine visite d’un officiel pour avoir droit à un ramassage d’ordures efficace. Aux yeux de ces dirigeants, le citoyen algérien passe au second plan, sa qualité de vie est le cadet de leurs soucis. Où vivent donc ces gouvernants ? Il est certain qu’ils ne vivent pas parmi nous, au milieu des déchets, sinon il serait absurde qu’ils ne s’occupent pas de leur propre cadre de vie. La majorité de nos hauts responsables vivent à l’étranger, ceci est connu de tous.

Pour preuve, lors des émeutes qui ont suivi l’augmentation des prix des denrées alimentaires, nombre de ces dirigeants ont envoyé leur progéniture qui en France, qui en Espagne. Ils ont, pour ainsi dire, tous un pied ici et un autre à l’étranger. Cet état de fait reflète un patriotisme chancelant ou pire encore, inexistant. Ceux qui n’ont pas de pied-à-terre à l’étranger vivent cloîtrés dans des quartiers huppés et favorisés. La capitale est scindée en deux espaces distincts, avec pour l’un des communes nanties et propres, et l’autre des communes défavorisés et insalubres. La gestion d’une ville nécessite une prise en charge sérieuse et continuelle, et surtout un peu de considération pour ceux qui y vivent.
 

Categorie(s): alger

Auteur(s): Saci Kheireddine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..