L’adoption des normes d’audit internationales (ISA) dans le référentiel algérien

Elwatan; le Lundi 11 Avril 2011
1


Cette convergence est un grand pas en matière de  modernisation de mode de gestion des entités économiques algériennes. Du fait, elle a  harmonisé le langage comptable avec les normes universelles, ce qui permet l’ouverture de l’économie nationale et stimule les investissements étrangers directs (IDE).
Mais une équivoque se pose pour les commissaire aux comptes et les auditeurs : quelle est la crédibilité de l’audit effectué actuellement par nos professionnels sur des états financiers élaborés selon le référentiel international (IAS/IFRS), tout en s’inspirant des normes nationales d’audit non standardisées adoptées en 1991 suivant la loi 91/08 ? De surcroît, les normes IAS/IFRS ainsi que les ISA ce sont deux référentiels qui se complètent. Cette  divergence nous amène à l’historique de l’IFAC, objectif des normes d’audit internationales ISA, les règles d’éthique, contrôle de qualité, etc., telles qu’elles sont définies dans le cadre conceptuel international relatif aux missions d’assurance.


Du rôle de l’IFAC


L’IFAC (International  federation  of accountants), Fédération internationale des  experts  comptables, organisation mondiale fondée en 1977 à New  York pour  servir  l’intérêt public, constitué de 163 organismes professionnels indépendants représentent plus de 2,5 millions de  comptables, son objectif est de :
- Contribuer à l’efficience de l’économie mondiale ;
- Etre le porte -parole de la  profession comptable ;
- Normaliser et harmoniser la comptabilité publique dans différents domaines tel que l’éthique, l’audit, la  formation.
Les normes édictées par l’IFAC sont :
-Normes  d’audit (ISA,ISRE, ISAE) ;
-Normes  de contrôles  de  qualité (ISQC) ;
-Normes des services connexes (ISRS) ;
-Normes  d’enseignement (IES) ;
-Normes de comptabilité publique (IPSAS) ;
-Normes concernant les obligations des organisations professionnelles  comptables (SMO) ;
-Normes  d’éthique.


Le statu quo algérien  est  marqué par de  deux  lois qui  affectent la profession comptable :
- Primo, la loi 07/11 relative au système comptable  financier (SCF), qui converge les normes  comptables  universelles  IAS / IFRS dans le référentiel national,
- Secundo, la loi10/01 relative  à la  profession  comptable qui organise la profession  et définie la  responsabilité des professionnels  vis-à-vis des instances.
Sans procéder à une étude critique de la loi 10/01, en matière des normes d’audit internationales, cette dernière est muette. A notre avis, elle aurait dû poursuivre la démarche  d’harmonisation engagée par l’Etat algérien, en transcrivant les normes d’audit internationales dans la réglementation nationale, d’autant plus que l’ordre des experts-comptables algérien a introduit une demande d’adhésion à l’IFAC.


L’adoption des normes d’audit internationales ISA  dans le référentiel national  s’articule  sur  les étapes  suivantes :
• Instauration au niveau du conseil national de comptabilité CNC, organe  normalisateur national, d’une commission chargée de la transcription des normes  d’audit internationales  ISA, dans la réglementation algérienne ;
• Intégration de la formation ISA dans le projet  de l’institut d’expertise comptable. Ce dernier doit disposer d’un  conseil  scientifique constitué  des  formateurs hautement  qualifiés, qui arrête le programme pédagogique et se  focalise  sur la  formation  des  professionnels ;
• Afin de changer l’état d’esprit cloisonné des professionnels dans les notions d’audits des années 1970, il est  impératif  d’introduire  la  notion  de la  formation   continue en matière de normalisation. Car ces professionnels nécessitent  des connaissances  approfondies en matière de droit, d’économique et de gestion.


La  clôture de l’exercice  2010 sera un défi à relever par les professionnels : d’une part élaborer les  états  financiers  selon  le  nouveau  référentiel  IAS  IFRS  / SCF et, d’autre part, exprimer une  opinion  fondée  sur la régularité  et la  sincérité des  états  financiers selon  les  normes d’audit internationales ISA. Cette  situation  de transition peut être illustrée comme une station de filtrage pour les  professionnels. Il y a ceux qui  n’arrivent  pas  à s’adapter  et  de  changer leur état d’esprit et qui sont condamnés à disparaître et ceux qui considèrent l’harmonisation ISA comme une opportunité à saisir pour s’imposer par leur  savoir-faire et concurrencer les cabinets  internationaux, condition fondamentale pour l’évolution de notre profession comptable.                             

 


Zitouni Faouzi. Commissaire  aux comptes
www.ceccf-dz.com /Email :ceccfzm@hotmail.com
 

Categorie(s): débats de l'heure

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..