La rue comme ligne d’horizon

Elwatan; le Dimanche 19 Fevrier 2012
1


Un jeune Algérien, à qui un étranger de passage demandait ce qu’il faisait dans la vie, répondit : «Je suis arrêté. Je fais le cabas avec mon frère qui a une table.» L’étranger n’ayant pas compris la phrase bien qu’il en ait compris chacun des mots, passa son chemin, tout comme le jeune resta sur le sien, debout en guetteur de sentiers incertains. Heureusement, il y a des élections. Mais qu’aura laissé le gouvernement en cadeau pour ce scrutin ? Un pays qui importe tout, jusqu’au moindre détail. Une conscience nationale gagnée par un islamisme proto-historique et para-magique. Une terre gérée par la corruption, les passe-droits et le téléphone. Une délinquance ouverte comme une plaie, déployée devant des milliers de policiers déployés face à des émeutes quotidiennes et des immolés incendiaires.

Une terre malade et stérile, sans hôpitaux ni bibliothèques, où l’Algérien a été rendu creux par l’école, intolérant par la mosquée et gris par la télévision. Infantilisé par ses responsables, uniformisé par l’interdiction officielle des différences, réduit comme un berger allemand à un demandeur de sucre, l’Allemagne en moins. Naviguant à vue, entre faux dévots et vrais veaux, dans une société insupportablement lourde de non-sens, au milieu de partis, associations et réseaux divisés par une police politique omniprésente qui monte les uns contre les autres, traque les avancées, les démocrates et les militants des droits de l’homme – à l’image de Hassan Bouras d’El Bayadh, encore une fois condamné – une élite exilée ou laminée, dominée par les imams de l’islam parallèle et les affairistes de l’économie illégale.

Quant aux gouvernants milliardaires, enfermés dans leurs bunkers et leurs certitudes, pour prendre un café dehors comme l’a souligné Hadj-Nacer dans son dernier livre, ils doivent prendre l’avion. Alors, faut-il voter ? Dans tous les cas, ne pas jeter le cabas ni démonter la table.

Categorie(s): point zéro

Auteur(s): Chawki Amari

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..