La voie de garage

Elwatan; le Samedi 5 Janvier 2008
1

Le projet de la ligne ferroviaire devant relier le chef-lieu de wilaya à Oued Aïssi sur 14 km est aux habitants de Tizi Ouzou ce
qu’est le métro de la capitale pour les Algérois : une chimère.

Lancé en 1994 dans le cadre du programme d’aménagement du territoire initié par le gouvernement, ce tronçon de chemin de fer ne serait réceptionné qu’en juin 2008 si les délais de ce qui reste à réaliser sont respectés.
Quatorze années après les premières pioches, on est encore au stade des négociations avec les personnes à exproprier pour permettre l’extension des rails vers la zone industrielle et la construction des ouvrages d’art. A Abid Chamellal, la réalisation d’un pont bute sur le refus du propriétaire qui refuse de déménager ailleurs.
Ce dernier n’aurait pas apprécié la contrepartie financière des pouvoirs publics. «Ce ne sont pas un ou deux logements à octroyer qui doivent bloquer un projet de 10 milliards de dinars», fera remarquer le wali de Tizi Ouzou lors d’une visite d’inspection effectuée sur les lieux la semaine dernière.
A Oued Aïssi, c’est une construction illicite qui pose problème. «Les travaux doivent continuer quitte à utiliser la force publique», a ordonné le premier magistrat de la wilaya visiblement irrité par la tournure des événements, plus d’une décennie après le lancement du projet. Sur un autre site, les concepteurs du tracé ne savent pas encore s’il faut remblayer ou ériger un viaduc alors qu’à la future gare de Oued Aïssi, c’est l’aménagement d’une aire de stationnement pour les automobilistes qui a été omis par les plans.
Le wali a exigé par ailleurs de dégager des espaces pour les voyageurs tels que des kiosques et autres services d’accompagnement. «Les travaux ont trop duré. Il faut achever dans les délais ce projet qui revêt un très grand intérêt économique et social pour la région», a-t-il ajouté.
Selon les prévisions de l’administration, cette ligne ferroviaire devra acheminer une quantité importante de marchandises et de carburants de et vers la zone industrielle et transportera quelque 10 000 voyageurs/j dans les deux sens.
Elle permettra également de désengorger l’infernale circulation routière sur la RN12. Avec le lancement du chantier d’électrification de la ligne ferroviaire entre Thénia (Boumerdès) et Tizi Ouzou sur un parcours de 64 km confié à quatre entreprises étrangères pour un volume financier de 450 millions d’euros, ce sont de nouveaux horizons économiques qui s’ouvriront pour la région.

Categorie(s): fait du jour

Auteur(s): Ahcène Tahraoui

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..