Le regard tendre du photographe Bruno Boudjelal sur l’Algérie

Elwatan; le Samedi 31 Octobre 2015
98965


« Montrer l’Algérie telle que je la vois ». Voici la devise que s’est donnée l’artiste lorsqu’il a réalisé cet ouvrage. Bruno Boudjelal a visité pour la première fois l’Algérie en 1993. Son objectif : marcher sur les traces de ses ancêtres. Dès ce premier voyage, il a commencé à photographier chacun de ses déplacements dans ce pays, notamment dans la région de Sétif.

Le résultat se trouve dans « Algérie, clos comme on ferme un livre ? ». L’album retrace l’Algérie profonde et montre aussi la relation qu’entretient l’auteur avec le pays de ses origines. Boudjelal dit rester suspendu entre ses deux pays, la France et l’Algérie. Grâce à cette nouvelle sa passion, il a « retrouvé son âme ». « Ce travail m’a aidé à reconstruire mon identité », explique-t-il. Ce livre a récemment remporté le prix Nadar 2015 du meilleur ouvrage de photographie.

"Il faut que l'Algérie soit raconté par des Algériens"

Bruno Boudjelal travail aujourd’hui pour aider les jeunes photographes algériens à s’améliorer. « J’ai eu la chance cette année d’organise, conjointement avec l’Agence Algérienne de Rayonnement Culturel (AARC) et l’ambassade de France, un atelier pour jeunes photographes pendant un mois ». Ces mêmes artistes participeront prochainement au festival de la photographie africaine au Mali.

 

 

Categorie(s): culture

Auteur(s): Nazim AOUABEUR

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..