Le terrorisme sévit à Tébessa : Plusieurs morts parmi les civils et les militaires

Elwatan; le Jeudi 19 Mars 2009
1

Tuer des civils pour attirer des militaires» en recourant à la bombe est le mode le plus pratiqué par ces terroristes dans la région, où subsistent encore quelques poches de l'ex-GSPC, communément appelé Al Qaïda au Maghreb islamique.
Plusieurs groupes terroristes sont passés par là, dont la katibat El Ahoual, commandée par l'émir El Atrous, originaire de Tébessa, qui activait depuis 1995 avant d'être éliminé en 2007. Parmi les plus dangereuses de ces katibate figure celles dites Essouafa, démantelée en 2007, et El
Ansar, qui a fait ravage dans la localité de Stah Guentis, dans la wilaya de Khenchela. Depuis la fin 2006, à Tébessa, les groupes terroristes, dont la majorité est originaire de la région, ont investi la zone sud de la wilaya. A noter qu'avant cette date, le GSPC imposait sa loi dans la région nord, plus précisément à El Houdh El Kebir, Essghir et El Harcha, relevant des communes de Boukhadra et Morset, où plusieurs attentats à la bombe, des attaques contre les habitants et les éléments des services de sécurité, en plus de pillages nocturnes, avaient été enregistrés. Par ailleurs, la région des monts Anouel, dans la wilaya de Khenchela, est devenue le fief de ces groupes, selon l'avis même de plusieurs observateurs, qui soutiennent cette thèse en raison de l'inaccessibilité de ces massifs pour les forces de sécurité. Aux actes terroristes début 2007, dont un attentat perpétré dans la région de Gabel Boudjelal avait coûté la vie à l'adjoint du chef du secteur militaire et à deux autres éléments de l'ANP, ont succédé des opérations de ratissage qui ont permis d’éliminer plus de 22 terroristes, alors qu'au mois de décembre de la même année, 8 terroristes ont été abattus.

La région infestée par les terroristes

C'est lors de l'une de ces opérations menées par les éléments de l'ANP au lieudit Berzguene, dans la région d'El Ma Labiod, que l'émir El Atrous (le bouc), originaire de la région précitée, a été éliminé.
Il avait succédé, au mois d'octobre, à un autre, appelé Feraoun. C’est alors qu’il y a une recrudescence des actes terroristes dans la région sud-ouest. Le groupe frappera de nouveau dans la région de Stah Guentis, entre Khenchela et Tébessa : des attentats à la bombe qui ont fait une dizaine de victimes, entre civils et militaires, et des pillages de biens avec plus de 400 têtes d'ovins volées.
A la fin 2007 et début 2008, plusieurs personnes de la région d'El Ogla, Stah Guentis et Bir El Ater ont été arrêtées pour soutien logistique à groupes terroristes lesquels, fort de ce soutien, sévissaient dans la région de Tébessa.
En octobre 2008, les terroristes d'El Qaïda au Maghreb frappent encore une fois et fort, au moyen d'une bombe qui explosera au passage de la voiture d'un commandant de l'ANP et d'un entrepreneur, qui trouveront la mort.
Ils étaient en route pour superviser un projet. Pour l'année 2009, l'acte terroriste le plus meurtrier a été, sans doute, celui perpétré le jeudi 12 février dans la localité de Gabel Boudjelal, à 55 km au sud-ouest de Tébessa où un double attentat a fait 7 morts, entre civils et militaires. En une semaine, 7 terroristes seront abattus après une vaste opération de ratissage effectuée dans la région de Ghrab, relevant de la daïra d'El Ogla Guessas par les éléments de l'ANP dans un attentat à la bombe ayant causé la mort de 6 militaires, assurant le ravitaillement des troupes opérant dans ces lieux.
Un mois après le carnage de Gabel Boudjelal, un groupe terroriste, dont le nombre reste indéterminé, s'est attaqué à la maison d'un maquignon à Chatabia, dans la daïra d'Oum Ali, à 60 km à l'est de Tébessa pour un pillage nocturne.
Bilan de cette attaque : un berger égorgé (il voulait faire face aux agresseurs). Le lendemain, quatre de ses proches, qui se rendaient sur les lieux du drame, ont trouvé la mort dans l'explosion d'une bombe au passage de leur voiture.
Vingt-quatre heures après cet attentat, un sexagénaire et son fils de 16 ans, ont été déchiquetés par les déflagrations d'une bombe enfouie aux abords d'une piste menant à la ferme de la victime dans la localité de Berzguène, dans la daïra d'El Ma Labiod, à 50 km au sud du chef-lieu de wilaya.


Categorie(s): actualité

Auteur(s): S. Arslan

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..