Les avertissements de Saadani à l’opposition : «Restez tranquille !»

Elwatan; le Dimanche 25 Octobre 2015
1


Visiblement très contrarié par le peu d’engouement pour son initiative aux contours flous, il se met en colère et tire à boulets rouges sur tous les partis de l’opposition. Sa première cible est celle qui dérange le plus le clan présidentiel en ce moment, en l’occurrence la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune. Saisissant l’opportunité d’une réunion des élus du centre du pays de son parti, tenue hier à Alger, Amar Saadani s’est, en effet, attaqué violemment à la patronne du PT : «Réveillez-vous Louisa !» Et d’ajouter à son adresse : «Madame Hanoune, tout en étant candidate, a soutenu Bouteflika lors de la dernière élection présidentielle, elle a participé, à travers ses représentants, à la surveillance du scrutin et a reconnu les résultats des élections.

Et maintenant, elle dit qu’il (le Président) n’a pas honoré ses engagements.» Croyant avoir trouvé le bon argument pour faire taire la critique contre le bilan chaotique de 15 ans de pouvoir sans partage du président Bouteflika, le premier responsable du FLN déverse encore son fiel sur la secrétaire générale du PT : «Louisa est passée du ‘pouvoir assassin’ dans les années 1990 au soutien du Président puis à l’opposition. Réveille-toi, car nous sommes dans le multipartisme depuis 1988.» Saadani reproche à Louisa Hanoune le fait de critiquer le bilan du président Bouteflika.

Selon lui, «le président Bouteflika s’est engagé devant le peuple et non pas envers un parti politique». Le défenseur du dernier quart d’heure de «l’Etat civil» ne veut pas entendre l’opposition faire le bilan de celui qui l’a intronisé à la tête du FLN. «Les promesses du Président sont faites au peuple. Celui qui veut évaluer le Président doit attendre 2019», estime-t-il.

Saadani veut même taire le débat sur la restructuration du DRS. Dans ce sens, il invite les parties qui «polémiquent» sur les changements opérés par le Président à rester tranquilles. «Restez tranquilles, restez tranquilles ! Rappelez-vous que le Président est le ministre de la Défense, chef suprême de l’armée nationale.

Arrêtons les surenchères sur des décisions prises en total respect des prérogatives que lui confèrent la Constitution et les lois de la République», dit-il. Amar Saadani a même osé une interrogation sur les raisons qui amènent certains à parler maintenant, alors que dans le passé plusieurs généraux ont été soit remerciés soit mis à la retraite. «Qu’est-ce qui vous arrive aujourd’hui ?», se demande-t-il, tout en avertissant : «Nous répondrons aux dérapages.»

Après sa diatribe contre l’opposition, le secrétaire général du FLN s’attaque aussi aux ONG, dont certaines sont même adulées par le pouvoir quand elles établissent des rapports qui lui sont favorables. Ainsi, l’ONG Amnesty International est taxée d’«ennemi extérieur» parce qu’elle a rendu un rapport très critique sur la liberté de la presse à l’occasion de la Journée nationale qui lui est dédiée. «Nous savons ce que vous avez fait en Tunisie, en Libye et en Syrie. Alors, laissez l’Algérie tranquille», fulmine-t-il.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Madjid Makedhi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..