Les effets néfastes du barrage de Tichy-Haf : Brouillard, humidité et rosée matinale

Elwatan; le Mercredi 2 Janvier 2008
24461

Depuis sa mise à eau, il y a à peine une année, le barrage de Tichy-Haf situé sur le territoire de la commune de Bouhamza a une influence négative sur le climat, la végétation et la santé des citoyens.
En sa qualité d’humidificateur de l’atmosphère, ses nombreux inconvénients sont ressentis dans tous les villages jouxtant cet important réservoir d’eau. En effet, les habitants de Beni Djaad, Tizekht, Ath Maouche, Tachouaft, Tansaout et autres hameaux avoisinants, témoignent qu’ils n’ont jamais connu autant d’humidité et n’ont jamais vu autant de brouillard et de rosée matinale de toute leur vie. «C’est une atmosphère lourde et une humidité contraignante qui ont envahi notre région connue pour son climat sec», témoigne un sexagénaire habitant un village situé à la limite des deux communes de Bouhamza et de Beni Maouche. Un autre citoyen de cette commune fulmine contre cet état de fait et déclare : «A défaut de bénéficier de son eau, nous n’avons que son humidité.» Une recherche dans ce sens nous a amené à trouver qu’effectivement «cette humidité entraîne nombre d’inconvénients, parmi lesquels une diminution de l’activité biologique de la terre, de mauvais échanges thermiques néfastes sur le développement des cultures, une résistance inférieure des plantations aux sécheresses, une diminution de l’efficacité des engrais, un manque d’oxygène entraînant une asphyxie racinaire, une désagrégation des particules, et une instabilité du sol lui-même. Les travaux agricoles en deviennent malaisés et les plantes sont moins bien alimentées, ce qui a des conséquences négatives sur leur développement». Ceci est prouvé sur le terrain étant donné que des exploitants agricoles nous ont signalé que la persistance de la rosée favorise la formation du gel et des champignons altérant le développement de certains types de fruits à l’image de la figue et de l’abricot. Connue pour son climat sec, cette région ne peut que souffrir de cette transformation atmosphérique dont le principal signe est l’augmentation de la teneur en eau sous forme de vapeur qui sature l’air. Une source médicale nous a révélé, de son côté, que beaucoup de malades asthmatiques se sont plaints ces derniers temps de ce changement climatique car ils ont vu leur malaise s’accroître et leur résistance diminuer.
C’est de cette façon qu’un barrage qui a avalé des hectares de terres agricoles continue à faire des ravages sur des kilomètres à la ronde. Ne dit-on pas que le malheur des uns fait le bonheur des autres ?

Categorie(s): actu kabylie

Auteur(s): Arezki Alem

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..