Les forces loyalistes ont perdu le plus d’hommes : la guerre en Syrie a fait près de 126 000 morts

Elwatan; le Mardi 3 Decembre 2013
1


La guerre en Syrie a causé la mort de près de 126 000 personnes depuis mars 2011, selon un nouveau bilan établi par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) et rendu public hier. Cette organisation a pu établir 125 835 décès entre le 15 mars 2011 et le 1er décembre 2013.
La majorité sont des combattants des deux bords, mais les décès dans les rangs des loyalistes sont deux fois plus importants que dans ceux des rebelles. Parmi les personnes décédées, 35% sont des civils – soit 44 381– dont 6627 enfants et 4454 femmes, et 65% sont des combattants.

Ainsi 27 746 rebelles ont péri, dont 19 000 sont des civils ayant pris les armes contre le régime lorsque le conflit s’est militarisé. Au moins 2221 autres sont des soldats ayant déserté et 6261 des étrangers venus grossir les rangs de la rébellion. Les forces du régime ont perdu quasiment le double d’hommes, avec 50 927 tués. Dans les rangs loyalistes, 31 174 étaient des soldats de l’armée et 19 256 des miliciens des Comités populaires ou de la Force de défense nationale paramilitaire.

Il y a également 232 tués, membres du puissant Hezbollah chiite libanais, qui a envoyé des hommes combattre aux côtés du régime syrien, et 265 autres combattants chiites étrangers pro-régime. L’Observatoire a également fait état de la mort de 2772 personnes non identifiées.
Le sort de milliers d’autres personnes est inconnu, notamment celui de «plus de 10 000 détenus dans les prisons du régime, ainsi que plus de 3000 soldats retenus par des groupes rebelles», a indiqué l’OSDH, estimant que le bilan du conflit est probablement plus élevé qu’indiqué. Des centaines de civils ont en outre été enlevés.

La Fédération internationale de la Croix-Rouge (FICR) a, de son côté, averti hier qu’au moins un million de Syriens manquent régulièrement de nourriture, une situation qui s’aggrave en raison des combats qui compliquent l’acheminement de l’aide humanitaire. «Nous avons réellement besoin de souligner qu’il y a une énorme crise humanitaire qui tue des personnes tous les jours», a averti le sous- secrétaire général de la FICR, Walter Cotte.

L’acheminement de l’aide humanitaire devient de plus en plus difficile en raison de l’intensification des combats sans compter l’arrivée de l’hiver, ce qui ne fera que compliquer davantage le travail du personnel humanitaire.
Face au manque cruel d’aide humanitaire, la FICR a doublé son appel d’aide, réclamant désormais 86 millions d’euros pour pouvoir répondre aux besoins des personnes affectées par le conflit. Près d’un tiers de la population d’avant le conflit (soit près de 7 millions de personnes) dépendent de l’aide humanitaire pour survivre.

Categorie(s): international

Auteur(s): Rédaction internationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..