Louizette Ighilahriz : «Il n’avait jamais rien regretté»

Elwatan; le Jeudi 5 Decembre 2013
1


«Nous avons toujours attendu que quelqu’un reconnaisse la pratique de la torture et les crimes commis par ces individus en Algérie, en vain», nous dit-elle. «Aussaresses est mort en ne regrettant jamais ce qu’il avait fait subir aux très nombreux Algériennes et Algériens ; Bigeard est mort aussi sans reconnaître les tortures» enchaîne-t-elle. «Aussaresses reconnaît sans regret et Bigeard nie totalement les méfaits du colonialisme. Entre ces deux-là, il y a toujours le pire. Le seul général français qui avait courageusement reconnu la torture est M. de Bollardière, voyez ce qui s’est passé ensuite, il a payé chèrement son courage», conclut-elle.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): M'hamed Houaoura

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..