Nadjib Belhimer. Journaliste à Sawt Al Ahrar : Derrière les nouveaux textes, le pouvoir impose de nouveaux équilibres

Elwatan; le Vendredi 23 Octobre 2015
1


Vous prétendez qu’Abdelaziz Bouteflika n’aime pas la presse ? D’accord. Rappelez-vous juste que sous son règne a été promulguée une nouvelle loi sur l’information. Nous avons désormais une loi sur l’audiovisuel après l’ouverture du secteur privé.

Il a instauré une Journée nationale pour la presse. Il a créé un prix à son nom pour récompenser les journalistes professionnels et au-dessus de tout, il a désigné un ministre qui se consacre à donner des leçons sur le professionnalisme et la déontologie. Sans parler de la carte de presse professionnelle. Il ne s’agit pas là de la réponse d’un des supporters du 4e mandat, mais des arguments que peut colporter le pouvoir pour justifier ses positions vis-à-vis de la presse.

Ce sont en fait des arguments qui dévoilent les nouveaux mécanismes du contrôle et de la soumission qui transforment les journalistes en un petit détail dans la grande guerre contre la liberté d’expression. Une grande guerre qui passe par le démantèlement de tout media jugé dangereux pour le pouvoir, de tout media qui dérange le discours officiel en présentant à l’opinion le véritable état des choses. Durant les quatre dernières années, la loi sur l’information a été adoptée, s’en est suivie une loi organique sur l’audiovisuel en attendant que soit confectionné le cahier des charges des chaînes télé.

Il sera installé également deux autorités de régulation de la presse écrite et de l’audiovisuel, un conseil de déontologie et la distribution de plus de 3000 cartes de journalistes professionnels. En fait, derrière ces textes et ces procédures, le pouvoir impose de nouveaux équilibres dans le secteur des médias. Les autorités ont ouvert exprès le secteur de l’audiovisuel avant même la promulgation de la loi. C’est pour cela que le chaos de ces chaînes satellitaires paraît si bien organisé. Il n’a d’ailleurs pas été surprenant que certaines de ces chaînes aient joué un rôle essentiel pour terroriser les opposants et même certains candidats à la présidentielle de 2014. Alors que d’autres chaînes ont choisi de soutenir le 4e mandat, mais les télés qui ont tenté de sortir de cette logique ont été fermées hors cadre judiciaire. En commençant par Atlas TV, puis El Watan el-Djazaïria TV


OXYGÈNE

Ce chaos est un des mécanismes de contrôle dans une période de transition qui donnera plus tard de nouveaux équilibres. Les médias sont aussi une industrie. Et l’ouverture du secteur hors cadre de la loi visait à isoler les voix opposées, les exclure et en faire un exemple pour tous ceux qui osent dépasser les limites fixées par le pouvoir.

En revanche, les «disciplinés» auront toute la place dans ce secteur et profiteront d’un marché vierge de publicité qui offre d’importantes opportunités d’enrichissement. Ainsi, le temps jouera au profit de la partie qui a l’assentiment du pouvoir alors que les menaces de fermeture peuvent pousser les autres à rentrer dans la maison de l’obéissance. Satisfaire le pouvoir reste ainsi le seul champ de la concurrence.

Ces équilibres imposés par l’actuel chaos et qui commenceront à se clarifier avec la promulgation du cahier des charges et la généralisation de la loi à toutes les chaînes privées toucheront la presse écrite.

Le nouveau mécanisme de contrôle implique que l’ouverture programmée et contrôlée de l’audiovisuel se transforme en une arme contre la presse écrite. Il sera difficile pour cette dernière de réaliser la victoire dans cette bataille à l’époque de l’image et des nouvelles techniques d’information. Mais les titres de la presse écrite qui refusent le diktat du pouvoir peuvent contrecarrer ce plan.

C’est pour cela que le pouvoir a voulu les punir en les privant d’oxygène. La publicité a toujours été un outil de pression, mais dans la logique du 4e mandat c’est carrément le ministre de la Communication qui est intervenu auprès des entrepreneurs privés pour faire pression afin qu’ils ne donnent pas de publicité aux médias opposants.

Les événements actuels tendent à dessiner une carte médiatique où ce sont les groupes d’intérêt liés au régime qui joueront le rôle principal. Le pouvoir pourrait ainsi faire des économies de procédures répressives contre les médias puisque c’est la loi du marché qui s’occupera à faire taire les «perturbateurs». Une dernière carte reste entre les mains de la presse : mobiliser la rue pour la liberté de la presse. Parce que c’est le droit des Algériens à recevoir une information honnête qui est menacé. 

Categorie(s): actualité

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..