Négociations sur le rachat d'OTA par l'opérateur Sud-Africain : Medelci clôt le «dossier MTN»

Elwatan; le Jeudi 27 Mai 2010
1

M ourad Medelci a clos, hier, une bonne fois pour toutes, le «dossier MTN». Et si l'entame de négociations de rachat entre Orascom Telecom Holding (OTH) et le sud-africain MTN aura fait couler beaucoup d'encre et suscité diverses réactions et déclarations des membres du gouvernement, allant parfois jusqu'à la contradiction, M. Medelci a le mérite d'être clair.
Ainsi, le ministre algérien des Affaires étrangères a déclaré, hier, qu'«il est à présent admis que s'agissant d'Orascom, la page est tournée avec le sud-africain MTN». M. Medelci a fait ses déclarations en marge de la clôture de la 5e session de la Haute Commission binationale de coopération entre l'Algérie et l'Afrique du Sud. Réunion qui aura vu la présence, attendue, de représentants du premier opérateur de téléphonie mobile sur le continent noir. Contraints à «geler» les négociations officielles, amorcées à la fin du mois d'avril, pour la reprise de plusieurs propriétés africaines de OTH, ils devront aujourd'hui y mettre un terme définitif. Les responsables, vraisemblablement appuyés par divers membres du gouvernement sud-africain, venus plaider leur cause auprès des autorités algériennes, rentreront bredouilles.

Avec, toutefois, un lot de consolations : le ministre a assuré que cette fin de non-recevoir ne signifie aucunement que «les entreprises sud-africaines, en particulier MTN, n'ont pas la possibilité de travailler en Algérie».
Cependant, et si ces déclarations mettent un terme au chapitre MTN, il reste que «le plan» que réservent les autorités algériennes à Djezzy demeure toujours aussi incertain. Le staff gouvernemental n'a eu de cesse de clamer que l'Etat ne manquera pas d'exercer son droit de préemption. Toutefois, nul mot n'a filtré quant à ses intentions de garder, une fois le transfert effectué, la totalité des actions d'OTA. Et encore moins quant à une éventuelle cession à un opérateur tierce.
D'autant plus que, selon les récentes déclarations de Karim Djoudi, ministre des Finances, «OTH n'a pas affiché son intention de céder OTA à l'Etat algérien». Les paris restent donc ouverts…

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Ghania Lassal

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..