Nouvel album de Khaled : «Je suis l'image de nous»

Elwatan; le Mardi 17 Mars 2009
30341

Depuis l'histoire du drapeau sahraoui, brandi en Espagne, et après ses déclarations sur le génocide perpétré contre les Palestiniens à Ghaza et sa disposition à aller combattre contre les sionistes, il a acquis, ou plutôt arraché, «la liberté» de dire crûment ce qu'il pouvait ressentir.
Khaled – qui, lors du dernier Festival de Timgad avait déclaré : «Je suis l'image de nous», pour dire qu'il a été, durant la décennie noire, l'image et le représentant d'une Algérie de paix, d'amour et de bonheur, alors même que certains milieux en France voulaient ternir cette image, isoler et enfoncer un peu plus le pays – exprime, à travers ses positions, une profonde empathie. Cette sensibilité partagée par la majorité des Algériens et ceux épris de paix et de liberté est justement aujourd'hui le titre éponyme de son nouvel opus composé de 16 titres, dont quatre isthikhbar maoual exécutés avec grand brio, une voix détonante et une insigne ferveur. Khaled a certainement voulu gratifier et satisfaire un large public avec cet album.

Tous ses fans et admirateurs du Machrek au Maghreb, ceux d'Europe ou d'ailleurs se reconnaîtront forcément dans cet album fabuleux, mais ils retrouveront également avec ravissement leur star. De Ya hbabi - maoual Raïkoum - Tal adhabi - El Barah - Zabana - maoual liberté - Ghadni Soghri - Sidi - maoual Yamina - Papa - Maghboun - maoual Mimoun, Khaled amorce à la fois un retour aux sources du raï, mais ingénieusement apporte un souffle nouveau à des textes qu'il a déjà interprétés, à l'image de Zabana, jouée ici sur une métrique cool et un soupçon jazzy, Yamina et Raïkoum. Mélodieux et bien rythmé, l'album soutenu par une déferlante sonore appliquée sur la métrique d'un «aoud» en furie invite à la danse et même à la transe, car bariolé aux couleurs magiques d'un gnawi très soft qui exalte les sens des plus récalcitrants. Khaled a tenu une promesse qu'il nous a faite l'été dernier, celle de vouloir rendre hommage au martyr Ahmed Zabana, guillotiné, et de chanter aux Français le texte de son ami Blaoui.
Sans être vraiment dans les bacs, l'album, enregistré en live-live et tout en faisant sensation, circule depuis quelques jours sous le manteau, alors que sa sortie officielle est prévue pour la fin du mois en cours. Ecoutez-le et vous serez joyeusement servis par les prodigieuses et ardentes envolées de mélopées envoûtantes et des déferlantes sonores captivantes qui vous prennent au corps, au cœur et encore…

Categorie(s): culture

Auteur(s): Djamel Belkadi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..