Nouvelles de Sétif

Elwatan; le Lundi 7 Janvier 2013
1


Transport en commun : l’augmentation des tarifs irrite les usagers

L’augmentation des tarifs des transports en commun, irrite les usagers de la daïra de Bouandas. Ils rejettent complètement la nouvelle tarification, qui, selon eux, a carrément doublé. Ils sont même allés jusqu’à fermer la RN 75 au lieudit Tala Oulili, au moyen de troncs d’arbres et de pneus brûlés.  La circulation a été perturbée durant toute la matinée de jeudi dernier. La foule n’a été dispersée qu’après des pourparlers avec les autorités locales. Ces dernières avaient confirmé que la décision relève du ministère des Transports. Ainsi ils avaient promis de remettre leurs revendications à qui de droit. D’autre part, les services de sûreté de Bouandas, en collaboration avec la brigade de gendarmerie nationale, ont intensifié leurs inspections, obligeant tous les transporteurs à afficher les tarifs aux portes des bus et autocars. Car, il s’avère que certains chauffeurs demandent des tarifs plus chers que ceux ordonnés par la direction des transports.          Ch. Ben.



Amoucha : une affaire d’habitat précaire

Les habitants de Amoucha, commune située au nord-est de la wilaya, se sont insurgés dernièrement contre le nouveau P/APC, qui a entamé son mandat par la démolition des constructions illicites. Les citoyens concernés trouvent cette décision arbitraire, puisqu’elle ne concerne que deux habitations alors que la commune compte au moins 20 constructions illicites. Les citoyens, qui interpellent le wali, vont jusqu’à dire que le maire commence son ère par  des  règlements de comptes avec les propriétaires des habitations ciblées. Apparemment, ces derniers n’avaient pas soutenu le P/APC lors de sa campagne électorale. Notons, par ailleurs, que les citoyens avaient entamé, dernièrement, un mouvement de protestation devant le siège de la daïra réclamant l’annulation de l’opération, ou  les inclure dans le programme de la résorption de l’habitat précaire.           Chaïma Ben.



El Eulma : pollution à grande échelle à la cité Goutali

Aquelques encablures du centre de la ville commerciale d’El Eulma, les habitants des 29 lotissements de la cité Goutal , l’un des principaux points noirs de la cité, étouffent sous le poids de la pollution générée par des «colonnes» de  déchets. Ils souffrent de l’amoncellement des déchets, des odeurs nauséabondes ainsi que de la prolifération des rats, chats et insectes.
Ce qui fait surgir le spectre d’une catastrophe sanitaire annoncée. Par ailleurs, ils déplorent l’état affligeant que connaît la route. Boueux en hiver et poussiéreux en été, ce chemin n’a connu aucun revêtement depuis la création de la cité. Les pouvoirs publics ne se décident toujours pas  à prendre en charge ce quartier.      Benabdallah A.



Aïn Roua : Ben Zrig cherche une salle de soins

Les habitants de Ben Zrig, un hameau dépendant de la commune d’Aïn Roua, se plaignent de l’inexistence d’une salle de soins dans leur village. L’absence de cette structure sanitaire rend le quotidien des citoyens très fragile. Pour une simple injection ou un autre geste médical, les habitants se déplacent vers les régions limitrophes. Les citoyens sont durement pénalisés, notamment ceux qui ont des maladies chroniques. Les responsables du secteur sont appelés à se pencher sur cette situation afin d’éviter le déplacement pour de simples pansements ou injections.              B. A.
 

Categorie(s): setif

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..