On vous le dit

Elwatan; le Mercredi 22 Fevrier 2012
1


-Tentative de suicide devant la cour de justice de Boumerdès

Un jeune, âgé d’une trentaine d’années, a tenté de se jeter, hier, du haut du siège de la cour de justice de Boumerdès, en guise de réaction contre l’injustice dont il dit avoir été victime. B. Nordine, originaire de Zemmouri, a escaladé une échelle de plus de 20 m de hauteur dressée depuis plusieurs mois devant ladite institution judiciaire pour travaux. Le malheureux s’est lacéré le ventre et la poitrine et criait à tue-tête contre l’injustice commise à son égard. Il dit avoir été dépossédé lui et sa famille de «leurs» terres à Zemmouri par décision de justice, et cite un certain Dramchini qui aurait été impliqué, selon lui, dans l’affaire. «On a été expulsés de nos terres. Le procureur de la République n’a pas voulu nous entendre, mon père et moi, mais je sais que c’est Dramchini qui est à l’origine de nos malheurs», ne cessait-il de hurler devant un monde fou, ahuri par la scène. B. Nordine a renoncé à son action désespérée après l’intervention de plusieurs personnes dont le vice-bâtonnier de Boumerdès et le président de la cour de justice.  

-Des trains qui déraillent  

Les trains en Algérie ne semble pas être sur de bons rails. Les usagers de ce moyen de transport  se plaignent du non-respect des horaires et des annonces d’arrivées erronées.  A la gare d’El Harrach, à titre d’exemple, les voyageurs ne savent plus sur quel pied danser. Les annonces des provenances des trains sont souvent, pour ne pas dire tout le temps, fausses, ce qui induit en erreur les usagers. La voix annonce l’arrivée du train en provenance d’El Affroun, ce qui signifie que les citoyens doivent se diriger vers le quai n°2. Une fois sur ce quai, ils se rendent compte que le train qui est rentré en gare est celui en provenance de Ténia et qu’ils ne sont donc pas sur le bon quai. Ces fausses annonces mettent en péril la vie des voyageurs. Par peur de rater leur train, certains traversent la voie ferrée pour arriver au bon quai. Mais, c’est peine perdue. Alors, un peu de sérieux ne tue personne.

-Une personne portée disparue secourue par la Marine nationale  

Une des deux personnes portées disparues en mer, depuis vendredi dernier, a été secourue en pleine mer samedi à 13 miles des côtes de Honaïn (Aïn Témouchent) par des unités de recherche et de sauvetage de la façade maritime ouest de la 2e Région militaire, a annoncé mardi la direction régionale de la communication et de l’information de la 2e RM.
«Le dénommé Hamadi Smaïl, porté disparu en mer le 17 février, a été secouru samedi matin par des unités de recherche et de sauvegarde de la façade maritime ouest de la 2e RM, à l’aide du chalutier Djazaïr2 et appuyées par un hélicoptère», a précisé la même source dans un communiqué adressé à l’APS. La personne secourue se trouvait en compagnie du dénommé Boumezrag Abdelkhaled à bord d’une embarcation pneumatique de type zodiac, a ajouté le communiqué, soulignant que les recherches se poursuivaient pour retrouver le second passager de l’embarcation.

-Des fabricants d’épices d’un autre genre démasqués  

La Brigade de recherche (BRI) du groupement de la Gendarmerie nationale de Sétif a réussi à mettre hors d’état de nuire une bande de malfaiteurs pour fabrication d’épices impropres à la consommation et ce, dans la journée d’avant-hier.
Ayant «transformé» un atelier à Mechta Hammar, commune de Aïn Oulmène, en «usine de fabrication» d’épices, les mis en cause utilisaient des ingrédients et des colorants nuisibles à la santé du consommateur ou carrément périmés, comme les noix d’olives ou de la tomate avariée. Deux personnes ont été arrêtées et un grand lot de «matières premières» nécessaires à la fabrication  du «poison» a été saisi.  

Categorie(s): actualité

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..