On vous le dit

Elwatan; le Lundi 2 Decembre 2013
1


Un procédé de fabrication de la molécule hespéridine mis au point à Béchar
 

Un procédé national de fabrication de la molécule  hespéridine, un flavonoïde naturel contenu dans les oranges et utilisé pour le traitement de la fragilité des capillaires sanguins vient d’être mis au point par des chercheurs de l’université de Béchar, a révélé hier le professeur Nacer Boukhari. Le procédé de fabrication de cette molécule, qui vient de faire l’objet d’un dépôt de brevet auprès de l’Institut national algérien de la propriété industrielle (INAPI), est le résultat de recherches entamées depuis 2009 par une équipe de 21 chimistes du laboratoire de photochimie et synthèse organique, a précisé le chercheur, à l’occasion des travaux des premières journées nationales des produits naturels. «Il ouvrira de nouvelles perspectives de production de cette molécule dans le pays», a-t-il ajouté. «La mise en place d’une entité de production de cette substance, recommandée aussi pour le traitement de plusieurs autres pathologies, notamment les maladies du système cardio-vasculaire, permettra au pays de faire des économies en matière d’importation», a expliqué M. Boukhari, responsable de l’équipe de jeunes chercheurs ayant développé le procédé.        


    
Vous avez dit société civile !
 

Et revoilà l’académie de la société civile algérienne ! Elle réapparaît à la veille d’échéances électorales importantes. Cette organisation non gouvernementale qui parle au nom de la société, sans que celle-ci l’y ait autorisée, vient de tenir son congrès en plébiscitant pour un autre mandat son président au siège de l’UGTA. Cette association, qui était citée pour avoir été subventionnée par Seïf El Islam El Gueddafi, a choisi son retour sur scène sans doute pour appeler à un quatrième mandat de Bouteflika. Décidément, la société civile, qui est mise sous l’éteignoir depuis belle lurette, a bon dos ! Et ceux qui pensent la représenter ne représentent, en fait, qu’eux-mêmes.



Une étudiante décède suite à un malaise
 

Une jeune étudiante, résidant au campus de Sidi Bel Abbès, est décédée, hier, suite à un malaise, après son évacuation aux urgences médico-chirurgicales de l’hôpital de la ville, apprend-on de source hospitalière. Agée de 24 ans, la victime, originaire de la wilaya de Tiaret, était inscrite en première année de master en sciences humaines. Alors qu’une enquête a été diligentée par les services de police pour déterminer les causes du décès, une autopsie a été ordonnée par le parquet. Il s’agit-là du deuxième décès enregistré à Sidi Bel Abbès depuis le début de l’année universitaire. En septembre dernier, une étudiante en 4e année à la faculté de médecine est décédée après une chute mortelle du 4e étage d’un bloc résidentiel.  



Un imam marocain arrêté pour charlatanisme à Chlef
 

Les éléments de la 6e sûreté urbaine de Chlef viennent d’appréhender un imam marocain qui s’adonnait à la sorcellerie dans une habitation située à l’ouest de la ville, a-t-on appris auprès de la cellule de communication de la sûreté  de wilaya. Le mis en cause, âgé de 73 ans, a été surpris en flagrant délit de charlatanisme avec quatre personnes de sexes différents. Présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Chlef, il a reçu une citation à comparaître devant la juridiction.


 
Une famille sauvée d’une mort certaine à Aïn Romana
 

Une famille de Aïn Romana (Blida), exposée aux émanations de monoxyde de carbone provenant d’un chauffage au charbon, a été sauvée d’une mort certaine, grâce à l’intervention de la Protection civile de la commune de Chiffa qui est intervenue suite à un appel de la brigade de la Gendarmerie nationale pour «prêter assistance à une famille de 5 membres asphyxiés par le monoxyde de carbone.
 

Categorie(s): actualité

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..