Oum El Bouaghi : plusieurs quartiers dans le noir à Aïn Beïda

Elwatan; le Jeudi 3 Janvier 2013
1


Mais ce qu’il faut déplorer par-dessus tout c’est l’absence de lampadaires dans le centre même de la ville des Haractas. Presque toutes les grandes avenues de la ville sont mal éclairées, pour ne pas dire pas éclairées du tout. La grande rue du 1er Novembre ne dispose pas de lampadaires assez puissants. Il en est de même pour les rues Amara Zidouni et Abbès Laghrour.

Lors du mandat précédent, l’APC a embelli les plus importantes rues et boulevards avec des guirlandes lumineuses, acquises à coups de millions de dinars. Aujourd’hui, les guirlandes ont disparu après qu’elles ont subi des avaries. Des lampadaires vénitiens, installés durant la même période manquent affreusement d’entretien, alors que d’autres ont disparu du paysage.             
 

Categorie(s): actu est

Auteur(s): L. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..