Parc de Chréa : Plusieurs aménagements en vue

Elwatan; le Jeudi 7 Avril 2011
57232


Si les normes admises en matière d’espaces verts par habitant s’établissent autour de 10 m2/citadin, c’est justement cette défaillance dans l’aménagement de nos villes qui fait fuir les populations des grands centres urbains vers les zones montagneuses ou les sites encore en friche. Le cas du Parc national de Chréa (PNC) avec ses trois secteurs : station de Chréa, El Hamdania et Hammam Melouane, illustre à bien des égards cette situation, selon M. Dahel, directeur du PNC. En 2008, selon une étude faite par le PNC, plus de deux millions de visiteurs se sont rendus au parc de Chréa, avec, respectivement, 400 000 à El Hamdania, 600 000 à Hammam Melouane et 1 200 000 à la station climatique de Chréa. Ces chiffres ont considérablement augmenté en 2010 et vont certainement, selon notre interlocuteur, se multiplier, vu la proximité du PNC des grands centres urbains situés sur la Mitidja et à l’arrière-pays immédiat.

In situ, le manque d’aménagement adéquat participe aussi de la mauvaise répartition des visiteurs sur les différents sites du PNC, ce qui génère des points de pression sur les axes routiers jouxtant ces sites de confluence des visiteurs. Une étude sur l’aménagement et équipement d’accueil au niveau du PNC est en phase de contractualisation et sera incessamment lancée, nous confie M. Dahel. «L’étude en question va mettre en exergue tout ce qu’il y a lieu de faire concernant l’écotourisme : comment faire pour contenir et maîtriser le tourisme de masse, inculquer la culture environnementale dans cette aire protégée… », explique le directeur du PNC. Dans l’immédiat, il est question de l’installation de la signalisation dans les différents sites du PNC, et ce, pour mieux orienter le flux de visiteurs à travers les points touristiques du parc. Comme deuxième action, il sera procédé incessamment à la réhabilitation des équipements d’accueil qui seront regroupés dans des aires de repos qui ne présentent aucune possibilité de régénération du cèdre ou du cortège floristique accompagnateur, et ce, selon notre interlocuteur, afin de préserver toute la biodiversité du site à sa plus forte expression.

Toutefois, argue notre interlocuteur, ces actions n’auront un sens que si la force tertiaire du PNC est rétablie. Cela, explique-t-il, implique le rétablissement des structures d’accueil : hôtels, restaurants, cafétérias, colonies de vacances qui étaient au nombre de 13 (il n’en reste maintenant aucune). Afin de désengorger Chréa et booster l’économie rurale dans le PNC, la fin de l’année 2011 verra le démarrage du projet d’aménagement de la piste qui reliera Imma Hlima à El Hamdania sur 25 km. Au niveau de Hammam Melouane, la piste de Sidi Serhane a fait l’objet de travaux de fixation biologique sur plus de 20 ha, alors qu’au niveau de Béni Ali et Hakkou Feraoun, des travaux de fixation mécanique des talus de oued Blat ont été déjà parachevés. Cela afin d’encourager le retour de la population vers leur douar d’origine et promouvoir les métiers de montagne. L’entretien des peuplements, quant à lui, a bénéficié de plusieurs opérations en matière de débroussaillage, et d’évacuation du bois mort afin d’aérer la cédraie et permette une meilleure poussée de la forêt. Plus de 50 ha ont fait l’objet d’échenillage (réduction de l’effectif de la chenille processionnelle) surtout aux voisinages des zones de repos des visiteurs et des zones urbaines.

 

Categorie(s): blida

Auteur(s): Mohamed Abdelli

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..