Pouvoir d’achat : le prix du poulet prend des ailes !

Elwatan; le Jeudi 3 Janvier 2013
73308


L’année 2013 sera-t-elle l’année des hausses des produits de large consommation ? Les premières hausses de prix commencent à tomber. Après le transport et la pièce de rechange, voilà que la viande blanche enregistre ses premières envolées avec 380 DA/kg, soit une hausse de plus de 25%. «Nous aussi, nous sommes surpris par cette hausse des prix du poulet et ses dérivés. Les éleveurs justifient cette hausse par la forte demande de fin d’année. Espérons que les prix baisseront prochainement ?», fait savoir un boucher malmené par les clients. Pourtant, les citoyens pensaient dur comme fer que, vu le matelas financier des réserves, soit 280 milliards de dollars et les promesses du ministre du Commerce face à sa lutte contre l’informel, auront un impact positif sur le pouvoir d’achat des ménages.

«Les nouveaux prix des fruits et légumes sont insensés. A part la pomme de terre à 50 DA/kg, tout a augmenté», martèle une mère de famille au marché de fruits et légumes de la Bastille à Oran. D’autre part, les loyers ont grimpé, et déjà certains locataires de logements et de locaux commerciaux se préparent pour baisser les rideaux si une entente n’est pas trouvée avec les propriétaires. «Je souhaite que la hausse du loyer soit raisonnable», confie un locataire d’un restaurant. De leur côté, les artisans viennent d’imposer leurs nouveaux prix : «Les coiffeurs ont augmenté leurs tarifs de 20% en moyenne, les maçons, 25%, les peintres, 30%, les soudeurs, 30% et les manœuvres exigent 700 DA/journée. Quant aux médecins qui font fi des honoraires imposés par la CNAS, surtout les spécialistes parmi eux, exigent désormais un billet de 1 000 DA pour une simple consultation. Du coup, les augmentations de salaires des fonctionnaires et des pensions de retraite sont complètement englouties dans des hausses injustifiées des différents acteurs du commerce et de la santé. Heureusement, il y a la santé publique et les âmes charitables, sinon nous serions crevés, il y a longtemps», pestent deux pauvres pères de famille.              

Categorie(s): oran

Auteur(s): Noureddine Benabbou

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..