Projection de sept films documentaires à la Cinémathèque d’Alger : des visions différentes… et des aspirations communes

Elwatan; le Dimanche 1 Decembre 2013
81423


En dépit du temps pluvieux,  le public est venu nombreux découvrir  la  fournée de cette cinquième édition. Une édition 2013 qui a permis de lever le voile sur le travail mitigé de sept  stagiaires documentaristes. Ces derniers se sont attelés, durant une année, à peaufiner leur documentaire, prenant en considération les délais en matière d’écriture, de tournage et de montage. Ils ont été encadrés par la responsable pédagogique et présidente de l’association  Cinéma et Mémoire, Habiba Djehnine, du réalisateur, monteur et chef opérateur Tahar Kessi, de la réalisatrice Anne Marie Faux, et de l’ingénieur du son Moncef  Taleb.

Dans un discours introductif, Habiba Djehnine a indiqué qu’une soixantaine de  candidats ont postulé à cet atelier, mais seulement sept personnes ont été retenues. Les sept documentaristes ont ainsi livré des émotions plurielles à travers des tranches de vie différentes, ponctuées d’interrogations communes. Au gré des angles de tournage, la caméra a zoomé sur des situations pathétiques et parlantes à la fois. Le coup d’envoi de la séance des projections a été donné avec le documentaire Yatim (L’orphelin), signé par Asma Gergour. D’une durée de 28 minutes, Yatim pointe du doigt le problème épineux des enfants nés sous x. Tourné  à Annaba,  Akbou,  Alger et  Annaba,  deux personnages, Mounia et Mohamed Cherif, livrent à cœur ouvert leur drame. Mounia a été adoptée bébé, alors que Mohamed Cherif est le fruit d’un viol colletif sur une mineure de 14 ans. 

Dans une narration des plus poignantes, ils racontent comment ils ont découvert leur filiation, tout en n’omettant pas de mettre l’accent sur les difficultés pour obtenir une carte d’identité ou encore la nationalité algérienne. Le deuxième documentaire proposé est celui de Razik
Benallal intitulé El Havs Amokrane (La grande prison). Vingt-six minutes auront suffi à trois comparses de discuter, à l’intérieur d’un garage à bâtons rompus sur les problèmes rencontrés au quotidien. Ils évoquent dans un discours des plus hilarants leur malvie. Si l’un estime que l’ANEM est synonyme de lenteurs administratives et de tracasseries diverses se soldant par le diabète et l’anémie, le deuxième protagoniste  est convaincu que l’Etat est la résultante d’un héritage.

Autre  documentaire diffusé, celui d’Amel Blidi et de Nabil Boubekeur, Amek araâ degrine wussan (Demain est un autre jour). Ce couple a voulu laisser un genre de legs à leur fils Yanis, âgé tout juste de trois ans. Un voyage initiatique est proposé à travers le village natal de Nabil à Melbou, Béjaïa, et au mausolée de Sidi Kada à Mascara, d’où est originaire Amel. D’autres séquences illustratives mettent en exergue les plans de sortie en famille, notamment à la plage, à la place des Martyrs ou encore à la forêt. Bien que le petit ange Yanis apporte de la gaieté dans la vie de tous les jours, les parents ne peuvent s’empêcher de s’inquiéter sur l’avenir de leur fils.

Aïcha Messaïa a choisi, quant à elle, de proposer un documentaire de 23 minutes au titre Menthol. Elle convoque deux personnes pour parler de la dépression nerveuse. Nassim Aït Ahmed a opté pour filmer sa mère et sa sœur dans le salon familial, tout en ne manquant pas d’aller à la rencontre des anciens compagnons de son père. Habit N’goulek (Je voudrais te dire), de Fatima Dridi, laisse entrevoir à travers l’entremise de la ville d’Alger le parcours de plusieurs personnages au destin différent : façon singulière de revenir sur la malvie de plus d’un. Le documentaire d’Amine Boukraâ, Kouchet El Djir, est un hymne à la joie. Dans un douar perdu à Oran, un homme s’adonne à son instrument de prédilection, «la gasba». Si les avis sont partagés concernant la qualité des documentaires en question, il n’en demeure pas moins qu’ils seront projetés à travers le réseau national des cinémathèques ainsi que les différents Centres culturels français. De même que des copies seront envoyées aux différents festivals pour une éventuelle sélection.
 

Categorie(s): culture

Auteur(s): Nacima Chabani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..