Qaâda. Musée des arts traditionnels

Elwatan; le Jeudi 3 Janvier 2008
1

Belle rencontre pour clôturer l'exposition «La vie quotidienne à Alger» qui s’est tenue deux mois durant au Musée des arts traditionnels de La Casbah d'Alger.
Organisée par l'association culturelle des Amis de Cherchell, avec musique populaire, gâteaux traditionnels et thé à la menthe, dans cette demeure qui a connu jadis de somptueuses qaâdate, il ne manquait que Khdaouedj El Aâmia pour qui elle fut construite. Mais elle devait être cachée là haut, dans sa chambre au plafond ciselé comme de la fine dentelle, écoutant la belle voix de Nardjess accompagnée de ses musiciens. Disparue depuis des siècles, sa présence est pourtant forte, partout dans sa demeure. Et c'est dans sa cour, samedi dernier, qu'un beau monde est venu célébrer les us cherchellois. Entre deux gorgées de thé, l'assistance écoutait d'anciens chants religieux ou populaires de l'antique Césarée, portés par des dames à la mémoire vivace, seules gardiennes d'un patrimoine oral menacé d'extinction.
Evidemment, une telle fête ne peut se passer de poésie, quelle qu'elle soit. Plusieurs femmes déclamèrent des bouqalate. Hasard ou non, ces vers semblaient parfois destinés à la belle Khdaouedj. Peut-être même, comme le veut la tradition, que quelqu'un dans la foule, lui en a dédié un ou deux, en pensant fort à elle et en nouant un pan de foulard.
Et comme pour une noce, il y eut le rituel de la rouina, ce mélange de blé moulu, de sucre et d'eau de fleurs d'oranger, qu'on prépare lors de la cérémonie d’henné de la mariée et où les présents entonnent la fameuse chanson cherchelloise, Zammala, strictement réservée à lilet el hanna.
Pour quelles raisons a-t-on choisi de mettre Cherchell à l’honneur en plein cœur de la Casbah
d'Alger ? Pour Madame Amamra, conservatrice du Musée, il s'agissait de souligner qu'Alger ne se cantonne pas aux frontières que lui concèdent la géographie ou les découpages administratifs. Pour elle, elle s'étend jusqu'à Blida, El Koléa, Cherchell... partageant avec sa région limitrophe de la Mitidja, du Tell et au-delà, une histoire, des traditions et des rituels. Une cité est aussi un centre culturel qui rayonne autour de lui. Nous en avons eu la belle démonstration.

Categorie(s): arts et lettres

Auteur(s): Zineb Merzouk

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..