Recherche scientifique à Constantine : Des scientifiques algériens au Japon

Elwatan; le Mardi 3 Decembre 2013
1


A propos de cette participation de nos scientifiques, notre interlocuteur nous dira : «Les négociation engagées depuis huit mois entre l’Agence spatiale algérienne (ASAL) et la communauté internationale, ont été couronnées de succès ; l’Algérie est désormais partie prenante dans le projet japonais JEM-EUSO, elle l’est avec bien d’autres pays comme les USA, la France, l’Allemagne, l’Italie et la Russie. Notre pays sera présent grâce à une équipe de chercheurs au nombre de 35 ; cette sélection réunit des chercheurs universitaires de Tlemcen, M’sila, Jijel, Alger, Annaba et Constantine, en plus d’ingénieurs du Centre national du développement des technologies avancées (CDTA), d’astrophysiciens et autres spécialistes du CRAG. L’adhésion de l’Algérie qui contribue à ce mégaprojet dédié à la science avec un million de dollars, sera officialisée très prochainement grâce au départ de la première délégation scientifique algérienne au Japon pour participer au travaux du congrès évaluatif JEM-EUSO.» Concernant le télescope, qui est une grande innovation, nous confie notre interlocuteur, il est en cours de construction avec 80% d’avancement des travaux.

Toujours selon lui, son embarquement sera envisageable en 2017, depuis les Etats-unis vers l’espace, et son installation sur JEM qui est une station spatiale réservée au Japon, permettra la réception et l’exploitation de nouvelles données spatiales émanant d’autres galaxies que la voie lactée, lesquelles données ont été jusque-là un terrain hostile pour les scientifiques. Et d’expliquer: «Le JEM-EUSO est une véritable avancée scientifique ; les spécialistes qui sont habitués à soumettre l’univers terrestre, optique ou radio-télescopique au laboratoire, n’ont jamais pu maîtriser l’univers extrême, responsable de la diffusion des rayonnements cosmiques ultra hautes énergies. Les spécialistes présument que l’étude de la provenance de ces rayonnements pourrait nous apporter des réponses nouvelles liées à l’origine de l’univers, à commencer par le big-bang.»

Pour ce qui est de la portée de la participation algérienne, notre interlocuteur dira que l’apport scientifique de l’Algérie dans le JEM-EUSO est plutôt symbolique. «Cependant, assure-t-il, cette participation est perçue comme une bénédiction par les chercheurs universitaires qui vont travailler de pair avec les compétences intellectuelles de renommée internationale ; c’est un exploit pour notre recherche scientifique, et c’est l’occasion pour former les formateurs de l’université algérienne ; ce qui aura, sans doute, un impact positif en terme de qualité, sur les études supérieures».

 

Categorie(s): constantine

Auteur(s): O- S. Merroucche

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..