Relizane : L’entreprise publique de transport urbain sous tension

Elwatan; le Samedi 31 Octobre 2015
1


Etalant un tableau de l’évolution de la situation financière de leur entreprise, ils ont clairement démontré, par les chiffres, la dégringolade des recettes depuis la création en 2012. En 2012, alors que l’entreprise utilisait seulement 8 bus dans toutes les rotations, les rentrées annuelles dépassaient les 32 millions DA pour se situer au même niveau avec pas moins de 16 bus en service, ont précisé les syndicalistes en pointant du doigt la gestion du directeur qui, selon eux, bénéficie mensuellement des frais de mission oscillant entre 30.000 et 35.000 DA.

Les syndicalistes ont aussi déploré la non désignation de nouvelles lignes pour 4 nouveaux bus immobilisés jusque là au moment où, affirment-ils, la moyenne des employés affectés à un bus en service a dépassé la norme requise, soit 4 personnes, pour atteindre les huit. Les frondeurs ont aussi déploré la mise à l’arrêt des bus à cause de la rupture de stock en pneus. Enfin, ajoutent les syndicalistes, l’entreprise a fait l’objet d’une visite des inspecteurs du ministère qui ont soulevé des anomalies dans la gestion.

Les syndicalistes réclament la venue du ministre de tutelle pour l’assainissement de la situation. Contacté pour éclaircissement au sujet de ces accusations, le directeur n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger les syndicalistes. «A mon sens, les problèmes soulevés par les syndicalistes ne sont que dans leurs têtes et si problème il y a, ils sont notre seul problème», a-t-il souligné. Au sujet des faibles recettes, le premier responsable de l’entreprise n’a pas hésité à pointer du doigt le personnel chargé des rotations.

Il y a une manifeste complicité entre les receveurs et les contrôleurs et même les horaires de passages ne sont pas souvent respectés, a-t-il lancé en s’attaquant à son comptable qu’il accuse d’être derrière les perturbations qui secouent l’entreprise depuis son arrivée. «Depuis ma nomination, ils n’ont pas cessé de me mettre les bâtons dans les roues au point où j’ai dévoilé du faux dans la gestion du service de la comptabilité et le dossier est entre les mains de la justice», a rétorqué le directeur en ajoutant : «Nous avons 4 nouveaux bus à l’arrêt et le DRH refuse l’ouverture de postes budgétaires pour le recrutement en dépit de mes correspondances».

En réponse à la question des frais de missions, le directeur dit que ce volet est régi par décret exécutif et qu’il a agi en conformité avec ces mesures. Enfin, le directeur n’a pas caché sa méfiance envers son proche entourage au niveau de la direction. «Je me sens ciblé au point où j’emmène quotidiennement avec moi tous les cachets de l’entreprise», a-t-il conclu.

Categorie(s): actu ouest

Auteur(s): Issac B

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..